Ces futurs mariés voulaient prendre l'avion, c'était sans compter sur la malédiction United Airlines

Publication: Mis à jour:
UNITED AIRLINES
A United Continental Holdings Inc. airplane prepares for landing as the New York City skyline stands in the background at Newark Liberty International Airport (EWR) in Newark, New Jersey, U.S., on Wednesday, April 12, 2017. United Airlines is under fire for forcibly removing a passenger from a plane in Chicago shortly before departure to make room for company employees, an incident which demonstrates how airline bumping can quickly veer into confrontation. Photographer: Timothy Fadek/Bloomberg | Bloomberg via Getty Images
Imprimer

Encore une polémique dont United Airlines se serait bien passé. Fin mars, la compagnie aérienne américaine avait déjà fait parler d'elle en refoulant plusieurs adolescentes à cause d'un legging. Deux semaines plus tard, la vidéo d'un médecin violemment expulsé d'un appareil a choqué les internautes. Quatre jours après, un scorpion embarqué à bord d'un avion de ligne a piqué un voyageur.

Suite à l'indignation mondiale provoquée par l'évacuation musclée du médecin, le PDG de la compagnie s'était excusé. Ce genre d'incident ne devait plus se reproduire, comme le garantissait une note interne diffusée le 14 avril.

Mais le lendemain, rebelote, même si les choses ont un peu moins mal tourné. Michael Hohl et Amber Maxwell étaient partis de South Lake City (Utah) et se rendaient à Liberia (Costa Rica) pour se passer la bague au doigt. L'incident s'est produit dans l'appareil du vol United Airlines 1737, deuxième étape de leur parcours après une escale à Houston (Texas).

Alors qu'ils allaient s'asseoir aux fauteuils réservés, les futurs mariés ont dû changer de place: un homme était en train de faire la sieste, étiré de tout son long, sur la rangée 24.

"La troisième rangée devant la nôtre était vide, il y avait plein de rangées vides", a raconté le fiancé à la chaîne de télé locale Khou. "On s'est dit: 'ça ne doit pas poser de problème, ce n'est pas comme si nous essayions de sauter sur des sièges de première classe'. Nous étions encore en classe économique, à quelques rangs de nos places situées dans la même classe."

Problème: dans un Boeing 737-800 comme celui-ci, la rangée 21 fait partie de la classe "economy plus", légèrement au-dessus de la classe économique.

"Ils nous ont dit qu'on causait du désordre"

Une hôtesse de l'air vient à leur rencontre après qu'ils se soient installés à la rangée 21. Elle demande si cet emplacement correspond à celui inscrit sur leur billet. Le couple répond que ce n'est pas le cas et propose de payer la différence. L'hôtesse rejette cette requête et les invite à regagner leurs places d'origine.

Tandis que les fiancés obtempèrent et se dirigent vers la rangée 24, un Marshal de l'armée américaine fait irruption dans l'avion et leur ordonne de descendre. Ils coopèrent et quittent l'appareil sans déclencher d'incident... ni comprendre ce qui leur arrive.

"Ils nous ont dit qu'on causait du désordre et qu'on représentait un danger pour la suite du vol et pour la sécurité des autres passagers", a rapporté le futur marié. De son côté, la compagnie se défend en affirmant que le couple a "tenté de s'asseoir à plusieurs reprises sur des sièges surclassés" et qu'il "ne suivait pas les instructions de l'équipage".

Au lieu de faire la fête sur une plage costaricaine avec leurs amis, Michael Hohl et Amber Maxwell ont passé la nuit dans un hôtel de Houston. Leur vol a été reporté au lendemain, à temps pour célébrer leur mariage prévu jeudi 20 avril.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.