Un concours au Bahreïn pour gagner une "employée de maison éthiopienne" à l'occasion du mois de Ramadan

Publication: Mis à jour:
MPPOWER
DR
Imprimer

BOURDE - Une agence de recrutement basé à Bahreïn, Al Hazeem ManPower, a lancé un concours pour pouvoir gagner une employée de maison éthiopienne à l’approche du mois de Ramadan. Seul critère du concours: être titulaire d’une autorisation permettant l'emploi d'une femme de ménage, autorisation délivrée par le ministère du Travail.

La publicité a été publiée en arabe sur Instagram où les personnes intéressées étaient invitées à partager le post pour avoir plus de chance de gagner. La photo a par la suite été retirée du compte de Al Hazeem ManPower, compte tenu de l’indignation des internautes.

ehtiopian

Les officiels du royaume ont également réagi, et ont suspendu la licence de l’agence durant l’investigation ouverte par l’Autorité régulatrice du marché du travail au Bahreïn, comme le rapporte le site britannique The Independent.

Le directeur général de cette Autorité, Ausamah Al Absi, qui soupçonne un cas de trafic humain, a saisi les départements concernés afin de prendre des mesures immédiates et a convoqué le directeur de l'agence.

"Cette publicité est extrêmement blessante, irrespectueuse de toute une nationalité, profession et sexe," déclare-t-il à un site d’actualité Éthiopien.

Le directeur de l’agence à quant à lui indiqué avoir "utilisé la mauvaise formulation" et avoir "immédiatement fait les changements nécessaires" suite à la publication du post.

Sur la page Instagram de l’agence, sont publiés plusieurs tableaux des profils des "candidates", venant essentiellement d'Éthiopie, du Ghana et du Kenya. Les tableaux détaillent des caractéristiques très (trop?) précises comme la nationalité, la taille, le poids, et la religion. On peut aussi lire sur la page Facebook de l’agence bahreïnienne une annonce promettant des services domestiques à "bas prix", ainsi qu'une assurance de 2 ans contre les "fugues". Des spots publicitaires publiés sur la page proposent par ailleurs aux employeurs la possibilité de "retourner" la femme de ménage en cas de maladies ou de refus de travail.

LIRE AUSSI: