Irak: la bataille de Mossoul a fait près de 500.000 déplacés

Publication: Mis à jour:
MOSSOUL
Internally displaced Iraqis, who fled the ongoing figthing between Islamic State (IS) group jihadists and government forces around Mosul, queue to fill containers with fuel for heating and cooking on November 28, 2016 at al-Khazer refugee camp.Some 70,000 civilians have fled the violence since Iraqi forces started the offensive to retake Mosul last month. / AFP / THOMAS COEX (Photo credit should read THOMAS COEX/AFP/Getty Images) | THOMAS COEX via Getty Images
Imprimer

Près d'un demi-million de personnes ont quitté leur logement à Mossoul depuis le début, il y a six mois, de l'offensive des forces irakiennes pour reprendre la grande ville du nord au groupe Etat islamique (EI), a indiqué lundi l'ONU.

"Le volume de civils fuyant Mossoul est ahurissant", a affirmé Lise Grande, coordinatrice humanitaire de l'ONU en Irak, dans un communiqué.

Lancée le 17 octobre, la bataille de Mossoul a permis aux troupes gouvernementales de chasser les jihadistes de la partie est de la ville, mais les combats se concentrent depuis février sur la rive ouest du fleuve Tigre, densément peuplée.

"Notre scénario catastrophe quand les combats ont commencé était d'un million de civils pouvant fuir Mossoul. Plus de 493.000 personnes ont déjà quitté (la ville), laissant presque tout derrière eux", a ajouté Mme Grande.

L'ONU estime à 500.000 le nombre de civils toujours présents dans les zones contrôlées par l'EI à Mossoul.

Cette bataille "nous a poussés dans nos limites opérationnelles", a estimé Mme Grande.

Soutenues par une coalition internationale, les forces irakiennes ont réalisé d'importantes avancées dans Mossoul-Ouest depuis deux mois mais la progression dans la vieille ville, un entrelacs de ruelles étroites où résideraient encore des centaines de milliers de civils, s'avère ardue et lente.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres avait réclamé fin mars lors d'une visite dans un camp de déplacés près de Mossoul davantage de solidarité de la part de la communauté internationale, déplorant la faiblesse des ressources disponibles.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.