Violents affrontements à Fès entre étudiants gauchistes et la police (VIDÉOS)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

JUSTICE - À Fès, un sit-in organisé jeudi devant la cour d'appel de la ville a débouché sur de violents affrontements entre étudiants gauchistes et forces de l'ordre, faisant plusieurs blessés des deux côtés, comme le montre la vidéo en tête d'article tournée par le site d'actualité local Fesnews.net.

Selon la wilaya de Fès-Meknès, 17 étudiants appartenant à des "factions estudiantines" ont été interpellés. L'altercation s'est produite jeudi aux alentours de la cité universitaire de la faculté Dhar El Mahraz. Les "protestataires ont fait usage de violence et de jets de pierres", soulignent les autorités locales dans un un communiqué.

"Les forces de l'ordre sont intervenues pour disperser ces étudiants qui tentaient d'organiser un sit-in illégal, jeudi matin, aux alentours de la Cour d'appel de Fès où se déroulait le procès de certains étudiants poursuivis dans le cadre d'une affaire d'homicide volontaire", a-t-on fait savoir. Toujours selon les autorités locales, cette confrontation a fait plusieurs blessés parmi les forces de l'ordre ayant nécessité leur évacuation à l'hôpital afin de recevoir les soins nécessaires.

Des blessés ont également été enregistrés du côté des étudiants, indique au HuffPost Maroc Driss Hadrougui, membre de la section locale de l'Association marocaine des droits humains (AMDH). Les policiers auraient utilisé du gaz lacrymogène pour disperser les étudiants.

"Nous ne savons pas encore combien d'étudiants ont été blessés. Ces derniers ne sont pas partis à l'hôpital, craignant des poursuites judiciaires, a-t-il souligné.

Deux étudiants condamnés à la prison ferme

Le sit-in en question était organisé par des étudiants d'Annahj Addimocrati Al-Qaïdi, une faction estudiantine d'extrême-gauche, non affiliée à un parti politique. Une centaine d'entre eux y ont participé pour soutenir deux de leurs camarades jugés le même jour pour le meurtre d'un autre étudiant proche de la mouvance "islamiste" en 2014.

Il s'agit de Abderrahim Hasnaoui, qui avait succombé à ses blessures le 25 avril 2014, après avoir été grièvement blessé lors de violents affrontements ayant eu lieu dans la même cité universitaire entre étudiants gauchistes et islamistes.

Les "deux étudiants poursuivis dans cette affaire ont été innocentés du meurtre d"Abderrahim Hasnaoui", nous indique Driss Hadrougui, qui a assisté à leur procès.

Ils ont en revanche été condamnés à des peines de prison ferme. "Le premier a écopé d'un an et demi de prison ferme pour insultes à l'encontre de fonctionnaires dans l'exercice de leurs fonctions et l'usage de violence contre eux. Le second a été condamné à 3 ans de prison ferme pour coups et blessures et insultes à l'encontre de fonctionnaires dans l'exercice de leurs fonctions", précise-t-il.

Les universités marocaines sont souvent le théâtre de violents affrontements entre étudiants islamistes, gauchistes, sahraouis ou encore amazighs. Une enquête a été ouverte pour identifier le reste des personnes impliquées dans les affrontements de jeudi, à Fès.

LIRE AUSSI: