Huffpost Algeria mg

Retrouvez l'actualité high-tech de la semaine en bref

Publication: Mis à jour:
TECHNOLOGY
South Korean models show Samsung Galaxy S8 smartphones during a showcase to mark the domestic launch of Samsung Electronics' latest flagship smartphone Galaxy S8 in Seoul on April 13, 2017. The S8 and S8+ will be available starting April 21, with a price of 935,000 won (828 USD) and 990,000 won (877 USD) in South Korea. / AFP PHOTO / JUNG Yeon-Je (Photo credit should read JUNG YEON-JE/AFP/Getty Images) | JUNG YEON-JE via Getty Images
Imprimer

YouTube bloquera les publicités sur les chaînes avec moins de 10.000 vues

YouTube prend des mesures pour s'assurer que son contenu généré par l'utilisateur ne finisse pas par positionner des publicités par de grandes marques à côté d'un contenu douteux. Le réseau social n'autorise plus les publicités sur les canaux ayant moins de 10.000 vues au total, sur toutes leurs vidéos publiées. Autrement dit, une chaine qui diffuse une dizaine de vidéos avec 1000 vues chacune peut compter sur la publicité de Google.

Selon The Wall Street Journal, YouTube a déclaré que la mesure était en cours de développement depuis novembre, et qu'elle vise à bloquer les canaux qui détournent le contenu d'autres sources pour dériver des revenus de la plate-forme. Auparavant, YouTube avait facilité la participation à son programme de publicité. Un propriétaire de compte pouvait, sans trop de barrières, postuler pour diffuser des publicités à côté de ses vidéos. "Ce nouveau seuil va nous aider à vérifier que les revenus n'aillent qu'aux créateurs qui jouent le jeu. Cela permet également de nous assurer que les chaînes se conforment à nos règles éthiques et publicitaires", a indiqué Ariel Bardin, responsable de la gestion produit chez YouTube dans un post sur un blog de Google Creator. Selon The Wall Street Journal, citant le cabinet d’analyse Pex, 88% du volume global de ces chaines, soit 164,5 millions, abritent des vidéos totalisant moins de 10.000 vues.

Google découvre un spyware Android israélien non détecté pendant 3 ans

Une version Android d'un des logiciels espions mobiles les plus sophistiqués a été découverte et qui est restée inaperçue pendant au moins trois ans en raison de ses capacités intelligentes d'autodestruction. Baptisé "Chrysaor", les logiciels espions Android ont été utilisés dans des attaques ciblées contre des militants et des journalistes principalement en Israël, mais aussi en Géorgie, en Turquie, au Mexique, aux Emirats Arabes Unis et dans d'autres pays.

Les logiciels malveillants d'espionnage "Chrysaor", découverts par des chercheurs de Lookout et de Google, sont créés par le même cabinet de surveillance israélien NSO Group Technologies, qui était derrière les logiciels espions de Pegasus iOS initialement détectés lors d'attaques ciblées contre des militants des droits de l'homme aux Emirats Arabes Unis l'année dernière.

NSO Group Technologies produit les logiciels espions mobiles les plus avancés de la planète et les a vendus aux gouvernements, aux organismes de sécurité dans le monde entier, ainsi qu'aux régimes dictatoriaux. "Bien que les applications n'aient jamais été disponibles dans Google Play, nous avons immédiatement identifié la portée du problème à l'aide de Verify Apps", a déclaré Google dans son propre article de blog publié récemment.


Des pirates ont volé 800.000 $ en Russie en utilisant Fileless Malware

Des pirates ont ciblé au moins 8 guichets automatiques en Russie et ont réussi à voler 800.000 $ en une seule nuit, mais la méthode utilisée par les intrus restait un mystère complet avec des images de vidéosurveillance montrant simplement un coupable seul qui se dirigeait vers le guichet automatique et collectait des liquidités sans même toucher la machine.

Même les banques concernées ne pouvaient trouver aucune trace de logiciels malveillants sur leurs guichets automatiques ou sur le réseau de back-end. Le seul indice que les spécialistes d’une banque ont trouvé sur le disque dur d’un ATM était constitué de deux fichiers contenant des journaux de logiciels malveillants.

Ce petit indice a été suffisant pour les chercheurs de l'entreprise de sécurité russe Kaspersky pour trouver des échantillons de logiciels malveillants liés à l'attaque ATM. En février, Kaspersky Labs a signalé que des attaquants ont réussi à toucher plus de 140 entreprises, y compris des banques, des sociétés de télécommunications et des organisations gouvernementales, aux États-Unis, en Europe et ailleurs avec le logiciel malveillant "Fileless" qui réside uniquement dans la mémoire (RAM) des guichets automatiques infectés plutôt que sur le disque dur.

Oculus VR, filiale de Facebook, fait face à un procès sur un brevet d’imagerie 3D

La filiale réalité virtuelle de Facebook Inc, Oculus VR, est confrontée à un procès alléguant qu'elle a incorporé sans autorisation la technologie brevetée d'un concurrent dans son casque Rift. La société Techno View IP, une société de licences de technologie, a poursuivi Facebook et Oculus pour avoir enfreint un brevet d'imagerie 3D appartenant au fabricant de casque VR ImmersiON-VRelia.

Selon la plainte déposée au tribunal fédéral au Delaware, ImmersiON-VRelia a accepté de laisser Techno View litiger le brevet en son nom. Le procès survient alors que Facebook pèse ses options suite à un verdict de 500 millions de dollars dans un procès non lié apporté à sa technologie VR par le développeur de jeux vidéo ZeniMax Media Inc.

Un jury fédéral de Dallas en février a révélé que Oculus a utilisé un code informatique protégé par le droit d'auteur développé par le concepteur de jeux vidéo John Carmack employé chez ZeniMax. Techno View a déclaré que Oculus et Facebook ont expressément enfreint un brevet détenu par ImmersiON-VRelia sur une méthode de génération de perspectives de gauche et de droite dans un jeu vidéo 3D. Techno View a déclaré qu'il pourrait ajouter des réclamations relatives à d'autres brevets détenus par ImmersiON-VRelia à une date ultérieure.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.