Huffpost Maroc mg

Quand les hommes défendent un héritage égal entre les sexes

Publication: Mis à jour:
UNNAMED
Mustapha Belkad
Imprimer

CULTURE - Faire intervenir les hommes pour défendre le droit des femmes à un héritage égal. C'est en substance le mot d'ordre de l'ouvrage "Les hommes défendent l'égalité de l'héritage", conçu et dirigé par la galeriste et psychanalyste Hakima Lebbar. Mais pourquoi avoir donné la parole uniquement aux hommes? "Car nous vivons dans une société patriarcale et peut-être que cela pourrait faire avancer le débat plus rapidement", explique Hakima Lebbar au HuffPost Maroc. "C'est aussi pour donner un cachet intéressant au livre, car en s'engageant sur cette question, les hommes se projettent dans une situation où ils vont devoir renoncer à une partie de l'héritage à laquelle ils ont droit aujourd'hui", ajoute l'initiatrice de cet ouvrage.

"Dans la tradition musulmane, la part d’héritage de la femme est de loin inférieure à celle de l’homme (à part quelques cas particuliers) car il est inscrit dans le Coran que la part du frère est le double de la part de sa sœur", explique Hakima Lebbar dans un communiqué. "Cette inscription a pendant longtemps plombé toute réflexion sur l’égalité en héritage même si il existe d’autres versets tout à fait égalitaires sur la question de la répartition de l’héritage entre hommes et femmes".

Paroles d'hommes

En 2014, Hakima Lebbar avait dirigé la publication "Femmes et religions, points de vue de femmes du Maroc", qui donnait à l'époque la parole uniquement à des femmes pour "dénoncer le patriarcat et la discrimination de la femme dans les différentes religions", des femmes "très longtemps écartées du "penser le religieux"", déclare Hakima Lebbar dans un communiqué.

Pour ce dernier ouvrage, Hakima Lebbar a cette fois-ci fait appel à 100 personnalités masculines marocaines. "J'ai essayé d'aller d'une part vers des personnes ayant différents domaines d'expertises, de compétences, et puis bien sûr des personnages visibles sur la scène politique, sociale, sociétale et civile", précise Hakima Lebbar. "J'ai aussi fait appel a Si Ahmed El Khamlichi qui est le directeur de Dar Hadith El Hassania. Pour moi, c'était très important qu'il y ait une participation de tout le monde. Je n'ai pas fait appel qu'à des personnalités de gauche ou laïques, mais aussi des personnalités de la mouvance salafiste, des oulémas et académiciens. Il y a aussi des chercheurs dans le domaine de la pensée islamique et universitaire, des enseignants en histoire, économie, justice..."

En plus du livre, une exposition itinérante est également prévue comme "support pour proposer des débats". Le vernissage aura lieu ce mercredi 12 avril à la galerie Fan Dok, à Rabat, avant de prendre la route pour Casablanca et Marrakech.

LIRE AUSSI: Asma Lamrabet: "Il faut déconstruire la lecture patriarcale qui mine la pensée islamique" (INTERVIEW)