Un exemple des tests anaux pratiqués en Tunisie dévoile l'abomination

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Un exemple des tests anaux pratiqués dans les affaires judiciaires poursuivant des personnes pour homosexualité a été publié par l'association Shams pour la dépénalisation de l'homosexualité. On y découvre l'expertise d'un médecin légiste de l’hôpital Charles Nicolle de Tunis où ce dernier déclare: "l’absence de douleur lors de l’écartement des fesses". La personne examinée "ne présente pas des signes en faveur d’un coït anal récent", ajoute le médecin.

C'est une preuve de l'abomination dont sont victimes les personnes arrêtées pour homosexualité et obligées à subir cet examen, dénonce l'association Shams dans un communiqué publié le 11 avril. " Nous signalons qu'on continue à recourir aux tests anaux pour prouver l'homosexualité" malgré les condamnations unanimes des organismes nationaux et internationaux qui l'assimilent à de la torture et celle, récente, de l'Ordre des médecins tunisiens.

LIRE AUSSI: Homosexualité- L'Ordre des médecins tunisiens condamne le test anal. Pas suffisant, commente cette avocate

Shams appelle l'Ordre des médecins à réagir avec des poursuites disciplinaires à l'encontre de tout médecin qui continue à pratiquer le test anal.

Un médecin sympathisant du nazisme?

Une photo publiée par l'association Shams montre le médecin en question posant fièrement devant une statue de cire d’Adolf Hitler et le drapeau avec une croix gammée nazie. (Ci-dessous)

f

À rappeler que le médecin concerné a prêté le serment d’Hippocrate, jurant de soigner les humains quelles que soient leurs religion, race, origine ou couleur de peau, une telle photo en est contraire. "Pure coincidence dira-t-on ou une complicité voulue?", condamne l'association de soutien aux minorités dans un communiqué publié le 11 avril (ci-dessous):

LIRE AUSSI: Tunisie: Quelle démocratie en réprimant les personnes pour leur orientation sexuelle? Un doc y répond

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.