La thèse affirmant que "la terre est plate" rejetée "pour de graves insuffisances d'ordre scientifique et éthique"

Publication: Mis à jour:
EARTH SPACE
NASA NASA / Reuters
Imprimer

Le ministère de l'Enseignement supérieur a publié lundi un communiqué afin de mettre fin à la polémique créée par une thèse de doctorat controversée affirmant que la terre est plate.

Selon le ministère, cette thèse qui remet en cause "d’une manière pseudo-scientifique" les principales théories admises dans le domaine de la physique et de l’astronomie a été rejetée par la commission des thèses et d’habilitation en génie de l’environnement et d’aménagement de l’Université de Sfax les 07 et 08 avril dernier "suite à la réception de deux rapports d’évaluation négatifs de la thèse" et ce "pour de graves insuffisances d’ordre scientifique et éthique".

A côté de la décision de la commission des thèses et d’habilitation en génie de l’environnement et d’aménagement de l’Université de Sfax , le ministère a ouvert de son côté une enquête. Menée par la Direction Générale de la Recherche Scientifique en coordination avec l’Université de Sfax, celle-ci a révélé que "de graves défaillances administratives ayant abouti au dépôt de ladite thèse de doctorat".

En conséquence, l'Inspection générale a été mandatée afin de définir les responsabilités et prendre les mesures nécessaires, conclut le communiqué.

Le 01 avril dernier, un internaute révèle un "scandale à l'université tunisienne" où une thèse a été déposée à l'Université de Sfax affirmant que "la terre est plate, fine, fixe et située au centre de l'univers" basée notamment sur des faits religieux.

S'en suit un tollé général sur les réseaux sociaux, le directeur de thèse étant un ancien élu à l'Assemblée nationale constituante qui affirmera que son étudiante essaie de prouver que "le modèle géocentrique prime sur le modèle héliocentrique".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.