Impôts: Fort engouement pour le télépaiement

Publication: Mis à jour:
IMPTS
DR
Imprimer

IMPOTS - C’est une véritable révolution culturelle qui s’installe dans les relations entre le contribuable et l’administration fiscale. En témoigne les chiffres présentés, mercredi 10 mars à Rabat, par Nabil Lakhdar, directeur des ressources et des systèmes informatiques à la Direction générale des impôts (DGI).

La télédéclaration de l’impôt sur les sociétés (IS), devenue obligatoire depuis le 1er janvier 2017, a fortement grimpé pour totaliser 171.181 au cours de cette année contre 16.580 l’an dernier. Par contre, à peine 950 opérations de dépôts de l’IS ont été effectuées sous format papier contre 144.532 en 2016.

Les déclarations de l’impôt sur le revenu (IR) ont emprunté la même tendance. La télédéclaration a pris le dessus sur le format papier avec un volume passant de 20.829 à 227.008. En matière de TVA, les déclarations en ligne sont passées de 20.704 en 2016 à pas moins de 434.563 au cours de cette année. Les déclarations sous format papier ont chuté de plus de 93% pour s’établir à 28.176 contre 423.316 l’an dernier. A contrario, le télépaiement a fortement grimpé.

"Le papier va complètement disparaître"

En gros, 90 à 95% des opérations se font en ligne. "Le papier va complètement disparaître", promet Nabil Lakhdar. L’administration fiscale vise en fait les 100% de services digitalisés. "Au 1er janvier 2018, nul contribuable, personne morale ou physique, ne sera dans l’obligation de se déplacer à l’administration fiscale pour réaliser ses transactions ou obtenir une quelconque attestation", a affirmé le patron de la DGI, Omar Faraj.

Il faut dire que le la télédéclaration et le télépaiement ne sont plus un choix. La loi de finances 2016 a prévu des sanctions en cas de non-respect de ce mode de paiement. En effet, le non-respect de cette disposition est sanctionné par une majoration de 1% sur les droits dus en l’absence d’exonération.

LIRE AUSSI: