Education islamique: Les professeurs de philosophie reçus au ministère de l'Éducation nationale

Publication: Mis à jour:
HASSAD
MAP
Imprimer

ÉDUCATION - Mohammed Hassad essayerait-il de désamorcer la crise entre les professeurs de philosophie et le ministère de l'Éducation nationale?

Vendredi dernier, l'association marocaine des enseignants de philosophie (AMEP) a été invitée au ministère de l'Éducation pour discuter avec le directeur chargé des curriculums de la révision des manuels d'éducation islamique Al Manar, au coeur d'une polémique depuis plusieurs mois. Le nouveau ministre de l'Éducation n'était pas présent au cours de cette réunion.

"Nous avons traité de deux points en particulier", explique au HuffPost Maroc Abdelkarim Safir, président de l'AMEP et inspecteur principal de philosophie. "Le premier point portait sur la question de la situation des manuels Al Manar. Le ministère a bien pris en considération nos critiques et nos demandes de réviser ces manuels. Ils ont ainsi pris comme disposition de ne pas rééditer ces manuels tant qu'ils n'ont pas été révisés. Le second point portait sur la possibilité de collaboration entre l'association et le ministère, notamment l'organisation de journées d'étude sur l'éducation".

En tous cas, l'association semble être sortie satisfaite de cette réunion. Ces derniers réfutent également toute tension avec les professeurs d'éducation islamique. "Ces derniers ont été très compréhensifs par rapport à cette situation, ce sont même eux qui nous ont alertés sur les contenus problématiques. Le problème n'était pas avec eux mais avec l'Éducation nationale", explique M. Safir.

La polémique de la rentrée scolaire 2016

La rentrée 2016 avait été marquée par la polémique autour de la présence d'un texte du penseur salafiste du XIIIe siècle Ibnou As-Salah Ach Chahrazouri dans le manuel d’éducation islamique de la première année du baccalauréat. Il décrivait la philosophie comme une matière contraire à l'islam et synonyme de dépravation.

Le ministère s'était ensuite justifié en déclarant que "l’utilisation de cette citation fait partie d’un scénario pédagogique encadré par des 'questions orientées' pour amener les élèves à faire des comparaisons entre les contenus de cette position décrite comme violente et des positions différentes qui considèrent que la raison et la pensée sont des outils pour aboutir à la vérité".

Une explication qui n'avait pas satisfait les professeurs de philosophie, qui appelaient à la révision des manuels d'éducation islamique.

LIRE AUSSI: