Décompensation: El Othmani dans la droite ligne de son prédécesseur?

Publication: Mis à jour:
Imprimer

SUBVENTIONS - C'est un des chantiers du premier mandat de Saad Eddine El Othmani qui risque de faire le plus de bruit. La poursuite de la décompensation, lancée sous le gouvernement Benkirane, suscite déjà les craintes des différentes catégories sociales. Dès la constitution du nouveau gouvernement, des rumeurs ont circulé sur la volonté des alliés du PJD de mettre en stand-by la réforme, particulièrement le passage aux subventions accordées directement aux ménages les plus pauvres.

Saad Eddine El Othmani a réuni récemment le groupe parlementaire du PJD pour les rassurer quant à la volonté de son équipe de continuer la réforme du système. Il a indiqué que son programme gouvernemental se propose de poursuivre la décompensation et particulièrement les aides prévues en faveur des catégories démunies.

Ciblage

Va-t-il pour autant franchir le cap de la suppression progressive de la subvention du sucre, qui s’était heurtée au refus des syndicats sous l’ère Benkirane? Une chose est sûre: "El Othmani compte poursuivre les engagements de son prédécesseur en faveur des couches défavorisées", affirme une source au sein du PJD.

L’ex chef du gouvernement avait affirmé que si le PJD est au gouvernement, il ne touchera pas au butane tant que le système permettant de protéger les couches vulnérables n’est pas fixé. En effet, le passage aux aides directes pose des difficultés liées à l’identification des ménages nécessiteux. D’autant plus que le comité permanent pour le contrôle des finances publiques de la Chambre des représentants a préconisé en juin dernier le maintien de la subvention de la farine, du sucre et du gaz butane tout en cherchant des solutions adéquates dans la perspective d’un système de ciblage.

Le projet de loi de Finances de 2017, qui a été retiré du Parlement pour y apporter la touche du nouveau gouvernement, pourrait en tout cas réserver des surprises. L’enveloppe prévue dans la première mouture, qui s’élève à 14,65 milliards de dirhams, sera-t-elle maintenue pour soutenir les prix à la consommation du gaz butane, du sucre et de la farine de blé tendre? On verra bien.

LIRE AUSSI: