TGV: L'ONCF dévoile les ouvrages de franchissement du projet

Publication: Mis à jour:
RAILS
MIXA Co. Ltd.
Imprimer

CHEMINS DE FER - Dans le troisième épisode de sa web-série "LGV Tanger-Casablanca, au coeur d'un projet titanesque", l'Office national des chemins de fer (ONCF) dévoile les coulisses des ouvrages de franchissement de la future ligne à grande vitesse (LGV) du Maroc.

La vidéo, publiée vendredi 7 avril sur le compte Youtube de l'office, montre des images exclusives du chantier.

"Comme tout grand projet d'infrastructure, la ligne à grande vitesse a franchi plusieurs obstacles. Des fleuves, des cours d'eau, des zones marécageuses, des canaux d'irrigation, des routes nationales, provinciales", explique dans cet épisode Tarek Rmouch, chargé du Lot Toarc 2.

Une panoplie d'ouvrages

"Pour franchir tous ces obstacles, on a construit une panoplie d'ouvrages: des viaducs, des estacades, des ponts routiers, des ponts rails et des ouvrages hydrauliques", poursuit le responsable.

Une douzaine de viaducs totalisant 10 kilomètres, 169 ponts routes et rails, 117 ouvrages hydrauliques ont été notamment construits. Parmi eux, il y a celui de la zone d'El Hajeb, une ville située à 30 kilomètres au sud de Meknès.

Selon Tarek Rmouch, la zone en question connait plusieurs contraintes géotechniques. "C'est une zone très sensible et marécageuse où le vent violent peut souffler jusqu'à 80 kilomètres à l'heure", a-t-il souligné.

La ligne à grande vitesse marocaine dont l'exploitation fait l'objet d'un partenariat entre la SNCF et l'ONCF sera livrée au premier semestre 2018.

Mobilisant une enveloppe estimée à 20 milliards de dirhams, le premier TGV marocain doit dans un premier temps permettre de relier Tanger à Casablanca, distantes de 350 km, en 2h10 contre 4h45 actuellement.