Le pétrole au plus haut en un mois, la production libyenne en baisse

Publication: Mis à jour:
OIL
A Bharat Petroleum Corp. refinery stands in the Mahul area of Mumbai, India, on Friday, April 7, 2017. Expanding fuel shipments from the Persian Gulf will intensify competition from Europe to Asia, squeezing profits across the global refining industry and contributing to a looming glut of oil products. Photographer: Dhiraj Singh/Bloomberg via Getty Images | Bloomberg via Getty Images
Imprimer

Les cours du pétrole atteignaient un nouveau plus haut en un mois en fin d'échanges européens avec l'annonce de nouvelles perturbations de la production libyenne.

Vers 16H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 55,78 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 54 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de mai gagnait 64 cents à 52,88 dollars.

Les cours de l'or noir, qui signaient leur neuvième journée de hausse sur les dix dernières séances, ont atteint 56,04 dollars vers 12H15 GMT pour le Brent et 53,01 dollars vers 15H30 GMT pour le WTI.

La hausse se poursuivait après la perturbation dimanche de la production libyenne, scrutée par les marchés car le pays a été exempté d'une limitation de ses extractions, contrairement aux autres membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

"La compagnie pétrolière nationale, la LNOC (Libyan National Oil Corporation) a déclaré l'état de force majeure sur le champ de Shahara, car il a été fermé dimanche, quand un groupe armé a bloqué l'oléoduc qui le relie à son terminal", ont noté les analystes de PVM.

Depuis deux semaines, les investisseurs semblent avoir repris espoir dans la capacité de l'Opep à rééquilibrer le marché mondial, alors même que les pétroliers américains pompent de plus en plus de pétrole non conventionnel.

"Même si le nombre de puits américains actifs a augmenté pour la douzième semaine consécutive, ce qui limite légèrement la hausse, la confiance des marchés dans l'Opep semble haute", a noté Enrico Chiorando, analyste chez Love Energy.

Les efforts du cartel, qui s'est accordé sur une limitation de sa production au premier semestre 2017, pourraient être renouvelés jusqu'à la fin de l'année, une décision qui serait alors prise et annoncée lors de la prochaine réunion officielle de l'Opep, fin mai à Vienne.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.