Jazz à Carthage, une 8ème soirée au son de la folk avec Cocoon et Nabyla Maan

Publication: Mis à jour:
V
Mehdi HRZ/Jazz à Carthage
Imprimer

La 8ème soirée du festival musical Jazz à Carthage a été introduite par la voix envoutante de la chanteuse marocaine originaire de Fès, Nabyla Maan.

L’artiste a été propulsée sur la scène internationale, dès la sortie de son premier album D’nya, vendu à des milliers d’exemplaires. En 2007, elle se produit à l’Olympia en compagnie du groupe marocain Nass El Ghiwane, devenant ainsi la plus jeune artiste arabe à chanter dans ce lieu mythique parisien.

La prestation énergique de la chanteuse, qui a pour ce festival interprété plusieurs des morceaux ayant fait sa renommée, a été chaleureusement saluée par le public composé de nombreux fans marocains. Les spectateurs ont notamment pu danser sur la mélodie orientale de Chams Al-Achia ainsi que sur d’autres titres revisités du répertoire marocain.

Les seconds musiciens de la soirée ont également joué à l’Olympia, en 2009 cette fois, et ne sont autre que les membres, très attendus, du groupe français Cocoon.

Leur premier album, sorti en 2007, intitulé My Friends All Died in a Plane est disque de platine. Vendu à plus de 150 000 exemplaires, il regroupe des titres phares tels que On my way et Chupee, qui ont été interprétés sur la scène de Jazz à Carthage. Le célèbre morceau Humming bird, extrait du même album a été généreusement rajouté au programme à la demande du public.

En 2016, Cocoon a sorti son dernier disque Welcome Home, dont des morceaux ont pu être écoutés, vendredi soir, comme Grand daddy.

"C’est un album que j’ai voulu construire autour de la famille et de la notion d’héritage, de ce qu’on laisse derrière soi, du fait d’être père, fils, petit-fils. J’ai commencé la musique à la mort de mon grand-père maternel qui m’a, à moitié, élevé. C’est là que j’ai reçu ma 1ère guitare. Je n’ai jamais réussi à lui rendre hommage correctement durant les 16 ans où j’ai fait de la musique. J’ai donc voulu inclure cette chanson qui s’appelle Grand daddy dans ce dernier album. C’est une chanson hommage aux anciens!" explique Mark Daumail chanteur et fondateur du groupe.

Notons que le groupe a également interprété une reprise étonnante du morceau Stay de la chanteuse américaine Rihanna.

"C’est la 1ère fois que nous jouons en Tunisie ! Nous sommes très honorés d’être à Carthage", a déclaré le chanteur, avant d’ajouter "c’est très émouvant de jouer dans un pays pour la 1ère fois".

Le groupe semble d'ores et déjà sous le charme du pays, et a même lancé quelques mots en arabe. "Cet après midi nous sommes allés à Sidi Bou Saïd, c’est un petit village vraiment charmant!", remarque Mark Daumil.

Au delà de sa performance, Cocoon a révélé au public tunisien une personnalité attachante, accessible et pleine d’humour.

"Nous sommes venus voir Hindi Zahra hier, on a adoré même si elle nous a un peu mis la pression", a lancé le chanteur.

"Mes amis musiciens viennent de Bordeaux en France et les filles viennent de Paris, d’où le fait qu’elles ne sont pas venues habillées (rire). On s’est enfermés avec Paul (NDLR : Paul Magne, batteur), dans son studio dans les vignes bordelaises. On a joué ensemble, on essayait de se trouver, de se renifler (rire) puis on a fait le disque. Il a vraiment été mon obstétricien sur cet album. Même s’il a été élu meilleur batteur de France en 1999, 2000, 2002, il a parfois des petits problèmes de synchronisation (rire)", plaisante le chanteur à propos de ses collègues.

Une touche d’humour qui se fait ressentir jusque dans le titre de certaines chansons comme Middle finger (doigt du milieu).

Le HuffPost Tunisie revient pour vous en images sur ces deux représentations live.

Le HuffPost Tunisie revient pour vous en images sur ces deux représentations live.. .

ggs

g

v

f

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.