Un camion renverse des piétons en plein coeur de Stockholm

Publication: Mis à jour:
SWEDEN ATTACK
Reuters Staff / Reuters
Imprimer

INTERNATIONAL - "La Suède a été attaquée", selon les mots du Premier ministre suédois. Un camion a renversé des passants en plein centre de Stockholm, vendredi 7 avril, faisant au moins quatre morts et 15 blessés, selon la police de la ville.

Dans la soirée, un premier bilan portait à quatre le nombre de morts et 12 celui des blessés. Les autorités sanitaires avaient fait état pour leur part d'un mort et 15 blessés.

Les services de sécurité ont indiqué qu'il s'agissait d'un "attentat". Le Premier ministre suédois Stefan Löfven, qui s'est rendu sur les lieux dans l'après-midi, a confirmé la piste d'une "attaque".

La police a annoncé dans la soirée l'arrestation d'une personne en banlieue nord de la ville, mais assuré qu'il ne s'agissait pas du conducteur du camion. Elle avait diffusé dans l'après-midi l'image d'un homme recherché, pour recueillir d'éventuelles informations.

Des scènes de panique

L'attaque a eu lieu peu avant 14 heures (heure française) à proximité d'un grand magasin, au croisement d'une grande artère, Klarabergsgatan, et de la rue piétonne la plus fréquentée de la capitale, Drottninggatan (la Rue royale, voir carte plus bas). Le véhicule a foncé sur les piétons avant de finir sa course dans la façade du grand magasin Åhléns.

Les témoins interrogés par l'AFP parlaient d'un camion roulant très vite et d'un choc violent à la fin. "Ça a fait le même bruit qu'une bombe qui explose et de la fumée a commencé à s'échapper de l'entrée principale" du magasin, a déclaré au quotidien Aftonbladet un témoin de la scène âgé de 66 ans.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs vidéos ont capturé des scènes de panique dans les rues de la capitale suédoise. On peut y voir des gens courir, certaines vidéos filmées en direct montrant des secouristes porter assistance à des personnes au sol.

Une fumée épaisse s'élevait de ce lieu entouré par la police d'un périmètre de sécurité, selon les images des télévisions. Des hélicoptères survolaient le centre-ville.

D'après Radio Sweden‏, la scène s'est déroulée non loin du siège du Parlement suédois, qui a fermé ses portes pour des raisons de sécurité. La police a appelé, via internet et des hauts-parleurs dans les rues, les habitants à rentrer chez eux dans le calme et à éviter les rassemblements de foule.

Sur les réseaux sociaux, des témoins ont partagé des photos des rues vides près du lieu de l'attaque, et des embouteillages formés autour de la zone de sécurité.

Le véhicule utilisé avait été volé "à l'occasion d'une livraison à un restaurant", a déclaré une porte-parole de l'entreprise de transports Spendrups. Une photo du camion a été partagée sur les réseaux sociaux, où l'on peut y voir une publicité pour les bières Norrlands Guld.

Le métro a été entièrement fermé après l'attentat, a indiqué la police, l'attaque s'étant déroulée au niveau de la station T-Centralen, par laquelle passent toutes les lignes de Stockholm.

Plusieurs personnalités politiques ont adressé leur soutien à Stockholm après l'attaque. Le porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel, Steffen Seibert, a indiqué que Berlin était aux cotés de la Suède "contre le terrorisme". Le Premier ministre belge Charles Michel et le député Eric Ciotti ont aussi posté des messages de soutien sur Twitter.

"Nos pensées vont aux gens à Stockholm, aux blessés aux proches, aux secouristes (et) aux policiers. Nous sommes ensemble contre le terrorisme."

Nos pensées vont aux victimes de Stockholm et à leurs familles. C'est un triste jour, mais nous croyons à la capacité du peuple suédois à résister."

Le Premier ministre suédois a annoncé dans la soirée le renforcement des contrôles aux frontières.

La Suède n'a été visée qu'une seule fois par un attentat ces dernières années, quand en décembre 2010 un homme avait mené une attaque-suicide à la bombe, dans la même rue piétonne de Stockholm. Il n'avait que légèrement blessé des passants.

Cet attentat rappelle les attaques revendiquées par le groupe État islamique menées à Londres, Berlin et dans le sud de la France à Nice, où des camions ont foncé dans la foule.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.