Deloitte: La montée en puissance de la "Supply Chain Numérique"

Publication: Mis à jour:
DR
DR
Imprimer

La digitalisation de la Supply Chain (chaîne d’approvisionnement) et son passage des " opérations linéaires et séquentielles à un système d'approvisionnement interconnecté et ouvert ", pourrait "jeter les bases de la façon dont les entreprises vont se concurrencer dans le futur", estime une étude du cabinet Deloitte.

"Traditionnellement linéaires, les Supply Chain (chaînes d'approvisionnement) se transforment en systèmes dynamiques et interconnectés. Ces réseaux d'approvisionnement numériques intègrent des informations provenant de nombreuses sources différentes pour générer de la production et de la distribution, ce qui pourrait altérer le paysage concurrentiel de la fabrication", indique un rapport du cabinet Deloitte intitulé : "Industry 4.0 - The rise of the digital supply network".

Il rappelé que si les "priorités traditionnelles" des "professionnels de la chaîne d'approvisionnement", que sont "les "quatre V" : volatilité, volume, vitesse et visibilité)", "ne sont pas susceptibles de changer ", la recherche de "niveaux de performance plus élevés" sera leur objectif, au regard de ce que permettent les "nouvelles technologies numériques ". Une manière, selon le rapport, de "contribuer à créer de nouvelles sources de revenus en offrant un accès plus rapide aux marchés et en soutenant la production de produits intelligents".

Ce "système interconnecté et ouvert" s’appelle "Réseau d'approvisionnement numérique) (acronyme en anglais, DSN). Les réseaux "DSN" intègrent des "informations provenant de nombreuses sources et emplacements » pour "conduire l'acte physique de production et de distribution". Ces réseaux exploitant aussi bien le système traditionnel que le nouveau, "tels que les ensembles de données basés sur les capteurs", permettant ainsi des "vues intégrées du réseau d'approvisionnement et des réponses rapides".

Implémenter un DSN

La forte baisse, depuis le début des années 90, des coûts des technologies en terme de capacité de calcul, de stockage et de bande passante, "a permis aux entreprises d'investir moins et de tirer pleinement profit des technologies numériques à plus grande échelle ".

Selon le rapport de Deloitte, ces coûts sont passés : de 222 dollars à moins 0,06 dollar par million de transistors (en capacité calcul - computing), de 569 dollars à moins de 0,01 dollar par Gigabit (en stockage), et de 1245 dollar à moins de 10 dollars par Gbps (en bande passante).

Le document explique que la "confluence de ces développements", en terme de "coûts nettement inférieurs et une puissance et des capacités améliorées", a conduit à des " changements exponentiels" qui permettent aux entreprises de "combiner la technologie de l'information (IT) et la technologie des opérations (OT)".

"Les entreprises sont maintenant habilitées à créer de la valeur de manière nouvelle et différente. Les capacités de traitement améliorées augmentent maintenant la pensée humaine pour analyser plus rapidement les données et ensuite agir sur elles. De tels changements ont introduit la nouvelle ère de l'industrie 4.0, ou la 4e révolution industrielle", affirme Deloitte.

La "première étape » dans le passage d'une chaîne d'approvisionnement (classique) à un DSN c’est la « compréhension de la façon et du pourquoi de se différencier". Cela commence par une " immersion dans l'innovation" en poussant à "comprendre l'application de diverses technologies et leurs impacts potentiels sur l'entreprise".

L’étude suggère de "commencer petit" et "d’agir vite". Commencer de "plus petits enjeux" où " les stratégies peuvent être testées et affinées". "Commencez par une ou deux transformations", en mettant l'accent sur les aspects qui "pourraient débloquer plusieurs vagues de valeurs potentielles, créant un effet d'entraînement qui mène à une croissance exponentielle".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.