Syrie: le Conseil de sécurité réuni en urgence sur l'attaque chimique présumée

Publication: Mis à jour:
UNITED NATIONS SECURITY COUNCIL
UN HEADQUARTERS, NEW YORK, NY, UNITED STATES - 2017/04/04: Ambassador Nikki Haley is seen in the Security Council Chamber. The United Nations Security Council held a meeting regarding the UN Secretary-General's most recent report on the South Sudan. The meeting marked US Ambassador to the UN Nikki Haley's first appearance as President of the Council at an open meeting. (Photo by Albin Lohr-Jones/Pacific Press/LightRocket via Getty Images) | Pacific Press via Getty Images
Imprimer

Le Conseil de sécurité de l'ONU était réuni mercredi en urgence pour débattre de l'attaque chimique présumée ayant fait 72 morts la veille en Syrie.

Mais la Russie a jugé "inacceptable" en l'état le projet de résolution présenté par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni condamnant cette attaque, une nouvelle illustration des divisions entre Occidentaux et Moscou sur le dossier syrien.

Au moment où le président François Hollande exigeait depuis la France des "sanctions" contre le régime syrien, son représentant à l'ONU, l'ambassadeur français François Delattre, dénonçait en entrant dans la salle du Conseil "des crimes de guerre, des crimes de guerre à grande échelle, des crimes de guerre avec des armes chimiques".

Son homologue britannique Matthew Rycroft s'en prenait, lui, à Moscou en estimant qu'un éventuel "veto russe signifierait qu'ils passent plus de temps à défendre l'indéfendable".

La réunion du Conseil de sécurité se tient alors que des médecins tentent de sauver les blessés les plus atteints parmi les plus de 160 personnes soignées après l'attaque de mardi.

Cette dernière a déjà provoqué la mort de 72 civils, dont 20 enfants, selon un nouveau bilan établi mercredi par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ce bilan "pourrait encore augmenter car il y a des personnes disparues", a-t-il précisé.

Ces victimes ont été prises de convulsions alors qu'elles se trouvaient chez elles ou dans la rue lorsque le raid aérien a visé, mardi vers 07H00 (04H00 GMT), Khan Cheikhoun, petite ville de la province rebelle d'Idleb dans le nord-ouest.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.