Interview de Mohsen Marzouk à El Hiwar Ettounssi: "Youssef Chahed doit dire la vérité au peuple"

Publication: Mis à jour:
MOHSEN MARZOUK
Marieau Palacio/Anadolu Agency/Getty Images
Imprimer

Le secrétaire général du Mouvement projet pour la Tunisie (Al Machroû) a accordé, hier, une interview à la chaîne El Hiwar Ettounssi.

Avant de revenir sur la cérémonie de l’officialisation du Front du salut et du progrès, Mohsen Marzouk a adressé une lettre ouverte au chef du gouvernement, Youssef Chahed, où il lui a demandé d’être honnête avec le peuple tunisien et de lui dire la vérité comme il l’a promis lors de son discours d’investiture à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Mohsen Marzouk a exprimé sa peur de voir le chef du gouvernement entouré par des personnes qui le poussent à adopter un comportement digne d’une campagne électorale et non pas d’un responsable qui tente de résoudre les problèmes du pays.

Dans ce sens, le secrétaire général d’Al Machroû a estimé que le gouvernement de Chahed n’est pas un gouvernement d’union nationale mais plutôt un gouvernement d’alliance entre quelques partis politiques. Pour consolider sa thèse, Marzouk a rappelé qu’à part les partis de l’opposition, le Front du salut et du progrès (composé de dix partis politiques) ainsi que l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) sont contre cette équipe gouvernementale. Une équipe qui aurait dû travailler sur la base du pacte de Carthage mais qui a fini par l’abandonner, ce qui lui a fait perdre la notion de l’union nationale.

Interrogé sur les rapports tendus entre le mouvement d’Ennahdha et les composantes du Front du salut et du progrès, Mohsen Marzouk a expliqué que ce mouvement ainsi que ceux qui collaborent avec lui représentent une tendance politique contraire à celle de son parti et du Front en question. Pour Marzouk, Ennahdha est au pouvoir depuis cinq ans et est donc responsable de ce qui s’est passé dans la Tunisie depuis la révolution. Enchaînant sur cette question, il a qualifié l’alliance entre Ennahdha et Nidaa Tounes d’une sorte d’arnaque.

En ce qui concerne le recours qui sera déposé contre l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) à cause du choix de la date du 17 décembre 2017 pour tenir les élections municipales, Mohsen Marzouk a indiqué qu’il n’est pas normal d’appeler les citoyens à participer massivement à ces élections alors que le codes des collectivités locales n’est pas encore passé. Et d’ajouter qu’il est aujourd’hui impératif d’éloigner les Municipales de toute tension partisane afin qu’elles soient réellement impartiales.

Interrogé sur les activités d’Al Machroû, son secrétaire général a assuré que le parti est en train de vivre de grandes pressions qui lui sont infligés de part et d’autre. Dans ce cadre, Mohsen Marzouk a appelé tous ses rivaux à publier tout ce qu’ils ont contre lui les défiant, ainsi, publiquement.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.