L'Instance pour la prévention de la torture empêchée d'accomplir sa mission à l'aéroport Tunis-Carthage

Publication: Mis à jour:
INSTANCE TORTURE TUNISIE
European External Action Service - EEAS
Imprimer

L’Instance nationale pour la prévention de la torture a indiqué que “les autorités sécuritaires de l’aéroport Tunis Carthage ont empêché, mardi, les membres de l’instance de contrôler la procédure de remise, aux autorités tunisiennes, d’un citoyen extradé de France”.

Selon l’Instance, cette entrave à l’exercice des fonctions des membres de l’instance est une “atteinte grave”. Elle a empêché les membres de l’instance d’accomplir leur mission qui consiste, notamment à “garantir l’intégrité physique et la dignité humaine de tout citoyen tunisien”, lit-on dans une déclaration publiée, mardi, par l’Instance.

Il s’agit là, ajoute-t-elle, d’une violation des dispositions de la loi n°43 de l’année 2013 relative à l’instance à l’instance nationale pour la prévention de la torture.

L’instance nationale pour la prévention de la torture a, dans ce sens, appelé le ministère de l’Intérieur à prendre, rapidement, les mesures nécessaires contre ceux qui ont entravé le travail de ses membres.

L’instance a tenu à préciser que le citoyen tunisien, extradé de France à bord d’un vol d’Air France, était accompagné des membres de l’Instance française pour la prévention de la torture.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.