Le déficit commercial se creuse de 21% relève le HCP

Publication: Mis à jour:
EXPORTATIONS
Marcos Brindicci / Reuters
Imprimer

ÉCONOMIE - Le Haut commissariat au plan (HCP) retrouve son optimisme. Moins de deux jours après son alerte sur la chute de la croissance au 4e trimestre 2016, l’équipe de Ahmed Lahlimi voit la courbe se redresser. En effet, la nouvelle note de conjoncture du HCP indique que l’économie aurait progressé de 4,3% au premier trimestre 2017, au lieu de 1,7% une année auparavant. Sans surprise, c’est le redressement de 12,9% de la valeur ajoutée agricole qui aurait tiré vers le haut la croissance.

Pour ce 2e trimestre, l’économie continuera à évoluer au gré de la pluviométrie. Sur ce point, le HCP indique que la croissance progresserait de 4,6% en variation annuelle grâce essentiellement à la progression prévue pour la valeur ajoutée agricole (14,8%).

Demande intérieur

La consommation des ménages a encore une fois contribué au redressement de l’économie, en dépit de la hausse modérée des prix. En variation annuelle, son volume se serait accru de 4% au lieu de 3,1% au 4e trimestre 2016. Ainsi, la demande intérieure a contribué pour environ 2,4 points à la croissance globale du PIB.

La note de conjoncture du HCP revient sur le tableau sombre des exportations et importations. Le gap entre les expéditions du Maroc et ses importations est toujours négatif. Alors que les importations auraient grimpé de 9,5% au premier trimestre 2017, les exportations de biens n’auraient progressé que de 2%. Ce gap n’a pas été sans impact sur le déficit commercial, qui se serait creusé de près de 21%.

Investissements

Comme attendu, l’investissement aurait décéléré par rapport au trimestre précédent. Ce recul reste relativement léger puisque la croissance des investissements a été estimée à 3% au lieu de 3,3% un trimestre auparavant. Ce léger recul témoigne en tout cas de l’impact du retard de la formation du gouvernement sur les investissements. En effet, le ralentissement observé par le HCP s’explique par le relâchement des investissements publics dû notamment au retard enregistré en matière d’exécution budgétaire du trésor.

LIRE AUSSI: