Enquête inédite sur l'exposition des Algériens aux polluants

Publication: Mis à jour:
LABORATORY
NOVOSIBIRSK, RUSSIA - MARCH 23, 2017: A scientist runs tests in a bacteriological laboratory at the Novosibirsk Tuberculosis Research Institute. Kirill Kukhmar/TASS (Photo by Kirill Kukhmar\TASS via Getty Images) | Kirill Kukhmar via Getty Images
Imprimer

Une enquête sur la bio-surveillance de l'exposition de la population algérienne aux polluants sera lancée, ce 7 avril, par le centre national de toxicologie de l'Institut Pasteur.

Mme Berkahoum Alamir, directrice générale du centre de toxicologie, a affirmé mardi 4 avril, lors d'une conférence de presse tenue à l'Institut Pasteur, que cette étude permettra d'identifier les différents métaux lourds, polluants toxiques et cancérigènes présents en Algérie. En collaboration avec l'Office national de statistiques, elle sera menée selon les normes établies par l'Organisation mondiale de la Santé. Le but final de l'étude est d'élaborer des stratégies de lutte et prévention ciblées pour la population.

Pour procéder à cette étude, des familles composées d'au moins un adulte âgé de 15 à 74 ans et un enfant âgé de 3 à 14 ans seront tirées au sort et susceptibles d'être objets de cette étude. En tout, l'échantillon étudié sera de 1 210 ménages répartis dans 39 wilayas du pays. Des prélèvements de sang, d'urine et de cheveux seront effectués par le biais de 10 000 analyses biologiques. Les résultats scientifiques de cette étude serviront de données au personnel médical et seront analysés par un appareil capable de détecter 104 types de métaux et métalloïdes. Cet appareil, précise la directrice du centre de toxicologie, est déjà installé à l'Institut Pasteur.

A ce jour aucune étude n'a été effectuée en Algérie sur la population à l'échelle nationale concernant la bio-surveillance des métaux et des métalloïdes.

Les spécialistes expliquent que l'exposition permanente de l'être humain et à petites doses à des métaux lourds tels que l'aluminium, le cadmium, le mercure ou le plomb est de plus en plus reconnue comme l'un des cofacteurs de certaines maladies. L’exposition à des polluants peut mener à des maladies neurologiques, cardio-vasculaires et auto-immunes.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.