L'UNAHM dénonce la suspension des mesures adaptatives pour les écoliers en situation de handicap mental

Publication: Mis à jour:
ECOLE MAROC
Wiki commons
Imprimer

ÉDUCATION - Quelques jours à peine après la journée nationale du handicap, le mouvement associatif ne s’attendait pas à une cette bien mauvaise surprise: la suspension des mesures d’adaptation scolaire pour les personnes en situation de handicap mental. En effet, le nouveau cahier des procédures de passage des examens de la 6e année du primaire, daté du 30 mars 2017, prive les élèves souffrant de handicap mental de l’accompagnement dont ils bénéficiaient le jour de l’examen. Il met également fin au programme d’adaptation des épreuves. En dépit de leur handicap, ces élèves passeront donc, dans les mêmes conditions, les mêmes épreuves que leurs camarades

La décision du département de l’Éducation nationale n’est pas passée inaperçue. L’Union nationale des associations oeuvrant dans le domaine du handicap mental au Maroc (UNAHM) qualifie la décision de la tutelle de "discriminatoire". Dans un communiqué publié aujourd’hui, ce groupement d’ONG n’y va pas par quatre chemins : "Nous ne pouvons ni débattre, ni discuter d’un tel acte irresponsable, qui humilie gravement les enfants en situation de handicap mental, ainsi que leurs parents et toutes les associations œuvrant depuis toujours dans le domaine du handicap mental", est-il indiqué.

Les associations mettent en garde contre les difficultés qu'affronteront ces élèves pour se donner une chance d'intégrer le collège. "Nous demandons son annulation en urgence pour que ces enfants puissent bénéficier de leur droit de citoyens marocains à part entière à passer leurs examens accompagnés et avec des mesures adaptatives comme auparavant", souligne avec force l'UNHAM dans son communiqué.

L’arrêt du ministère vient balayer toutes les initiatives prises en faveur de cette frange de la population. Une population malheureusement pas mieux lotie une fois les études terminées. Il y a moins d’une semaine, le département de la Famille dénonçait ainsi la faible intégration des personnes en situation de handicap sur le marché de l’emploi.

LIRE AUSSI: