"Les sauteurs", le documentaire qui montre la vie des migrants de Melilla

Publication: Mis à jour:
LES SAUTEURS
"Les sauteurs" nous montre la vie des migrants de Melila. | Les sauteurs
Imprimer

mIGRATION - Ce 5 avril, le documentaire "Les sauteurs" sort dans les salles de cinéma françaises. Il raconte la vie des migrants qui tentent de traverser la frontière pour l'Europe, depuis l'enclave espagnole de Melilla.

A l'origine du film, deux producteurs: Estephan Wagner et Moritz Siebert. Pour être au plus près de ce que vivent ces migrants qui tentent de rejoindre l'Europe depuis le Maroc, ils ont choisi de confier la caméra à l'un d'eux. A l'écran, c'est ce que voit Abou Bakar Sidibé, un migrant malien. "De l'Afrique, Abou regarde la clôture et le futur en Europe devant lui. Depuis plus d'un an, lui et des milliers d'autres migrants ont tenté de sauter l'énorme système de clôture qui sépare le Maroc et l'Espagne", explique le réalisateur Estephan Wagner sur son site.

L'histoire se passe dans un camp installé dans le bois marocain de Gourougou. Les migrants essayent tous les jours de franchir la clôture qui leur permettra d'atteindre l'enclave de Melilla, entre les descentes de la police marocaine. Tiraillés entre la peur, l'espoir ET l'envie de liberté, ils essayent de garder leur dignité humaine. Ils dansent, jouent au foot.

Ce film donnera aussi un nouveau sens à Abou Bakar Sidibé. "Quand on regarde le monde au travers d'une caméra, on commence à percevoir l'entourage différemment. J'ai commencé à prendre plaisir à la création d'images. J'ai commencé à m'exprimer avec des images. Je sens que j'existe, car je filme." "Les sauteurs c'est finalement un film sur la réalisation d'un film, le portrait d'Abou, de la lutte humaine pour la dignité et la liberté sur l'une des frontières les plus militarisées du monde", explique sur sa page Estephan Wagner.

Le documentaire a déjà été présenté dans plusieurs festivals en 2016, où il a reçu 12 récompenses comme la mention du jury au Festival du film documentaire de Saint-Louis (Sénégal) ou encore le 2e prix du jury au Documenta Madrid (Espagne).

LIRE AUSSI: