Lacunes lors du congrès, Yassine Brahim offensé sur la Watanya, Afek Tounes fait le débat

Publication: Mis à jour:
YASSINE BRAHIM
Amine Landoulsi/Anadolu Agency/Getty Images
Imprimer

Le président du deuxième congrès électif du parti Afek Tounes, Hichem Ben Ahmed, était, hier, l’invité de la radio Express FM. Ben Ahmed, qui est aussi secrétaire d’Etat chargé du Transport, est revenu sur le déroulement du congrès en question en assurant que tout s’est déroulé dans de très bonnes conditions. Cependant, Ben Ahmed a été confronté à quelques détails désagréables survenus lors des travaux auxquels il a apporté des précisions.

Ainsi, Hichem Ben Ahmed a expliqué que le logiciel de vote – acheté par Afek Tounes pour 20 mille dinars – n’a finalement pas servi puisque le nombre des congressistes était important et, du coup, la synchronisation entre ledit logiciel et les appareils téléphoniques des participants était quasi impossible vu le débit de la connexion internet offerte par l’hôtel. En ce qui concerne la discussion du rapport moral et financier – qui n’a duré que quinze minutes pour chaque rapport selon les sources de l’animateur de l’émission – le président du deuxième congrès d’Afek Tounes a assuré que les documents ont été sujets d’un consensus quelques jours avant le démarrage. Une manœuvre préparée dans le but d’accélérer les travaux pour que le parti soit prêt dans des délais raisonnables, d'après lui.

En ce qui concerne l’équilibre interne du parti post élections, Hichem Ben Ahmed a assuré qu’il n’existe pas de courants différents au sein d’Afek Tounes mais plutôt des avis différents qui démontrent qu’il existe une vraie dynamique au sein du parti.

De son côté, le président du parti, Yassine Brahim a rappelé que ce congrès marque la sixième année de la vie d’un parti politique tunisien postrévolutionnaire. Selon lui, Afek Tounes a aujourd’hui un nouvel objectif qui est celui ‘d’être partout d’ici la fin de l’année’. En ce qui concerne les élections municipales, le président d’Afek Tounes n’a pas écarté l’hypothèse des alliances mais il a assuré que son parti ne travaillera pas avec le mouvement d’Ennahdha tout en indiquant que celui de Nidaa Tounes reste tout à fait possible.

Lors d’une déclaration accordée à Shems FM, Yassine Brahim est revenu sur l’officialisation du Front du salut et du progrès en expliquant qu’Afek Tounes pourrait très bien mener des négociations avec le Mouvement projet pour la Tunisie (Al Machroû) mais que cela est impossible à envisager avec l’Union patriotique libre (UPL) puisqu’il s’agit ‘d’un parti envers qui nous n’avons aucune considération’.

Le soir, Yassine Brahim a été l’invité de l’émission politique quotidienne d’Al Watania. L’intéressé a quitté le plateau quelques minutes plus tard après que l’animatrice de l’émission a introduit un invité, présenté comme un "activiste de la société civile" qui détiendrait des dossiers de corruption à l’encontre du président d’Afek Tounes. Celui-ci a estimé qu’il s’agit de pratiques honteuses refusant de continuer l’interview.

Membre du parti Afek Tounes, Zeineb Turki s'est interrogée sur sa page Facebook "À quoi joue le service public? Wataniya" en référence "au piège tendu" par El Wataniya 1 à Yassine Brahim, affirme-t-elle.

"Ce qui a été fait hier est aussi troublant qu'inquiétant pour l'avenir de la démocratie en Tunisie. La liberté d'expression en est un pilier et la chaîne Nationale devait être irréprochable à cet effet. J'espère sincèrement que ce qui s'est passé hier avec le président d'Afek Tounes est un dérapage isolé qui ne se reproduira pas", déclare-t-elle également.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.