Syrie: Au moins 58 morts dans une attaque au "gaz toxique"

Publication: Mis à jour:
SYRIA ATTACK
A girl runs past a damaged site after an airstrike in the besieged rebel-held town of Douma, eastern Ghouta in Damascus, Syria November 2, 2016. REUTERS/Bassam Khabieh TPX IMAGES OF THE DAY | Bassam Khabieh / Reuters
Imprimer

SYRIE - Le bilan de l'attaque au "gaz toxique" menée mardi contre la ville rebelle de Khan Cheikhoun dans le nord-ouest de la Syrie est passé à 58 morts, dont 11 enfants, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Des victimes ont succombé après avoir été transportées dans les hôpitaux. Il s'agit tous de civils", a dit Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. Un précédent bilan faisait état de 35 morts. La Coalition nationale, importante composante de l'opposition syrienne, a accusé le "régime du criminel Bachar" d'avoir mené ce raid avec des "obus contenant du gaz chimique" et a demandé au Conseil de sécurité de l'ONU de "convoquer une réunion urgente après ce crime et d'ouvrir une enquête immédiate".

L'OSDH, basée en Grande-Bretagne et disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie, n'était pas en mesure de dire si les raids étaient le fait d'avions de l'armée syrienne ou de ceux de la Russie, allié du régime.

Des sources médicales dans la ville ont fait état d'évanouissements, de vomissements et de présence de mousse dans la bouche des victimes, selon l'OSDH. Le régime de Damas n'avait pas communiqué sur ces frappes à la mi-journée.

Le gouvernement syrien, qui dément utiliser des armes chimiques dans une guerre qui a déjà fait plus de 320.000 morts depuis mars 2011, a ratifié la Convention sur l'interdiction des armes chimiques en 2013.

LIRE AUSSI: Syrie: Au moins 77 morts dans l'attentat à la voiture piégée près d'Al-Bab, dans le nord du pays