Hongrie: le parlement adopte une loi pouvant mener à la fermeture d'une université anglophone

Publication: Mis à jour:
HUNGARY SOROS
Students shout slogans during a demonstration against Prime Minister Viktor Orban's efforts to force a George Soros-founded university out of the country in Budapest, Hungary, April 2, 2017. REUTERS/Bernadett Szabo | Bernadett Szabo / Reuters
Imprimer

INTERNATIONAL - La Hongrie a adopté mardi une loi controversée susceptible de mener à la fermeture de l'Université d'Europe centrale (CEU) créée en 1991 à Budapest par le milliardaire américain George Soros.

Présentée le 28 mars au parlement, la nouvelle législation a été adoptée selon un dispositif accéléré par 123 voix contre 38. Elle prévoit notamment de priver de licence les instituts d'enseignement étrangers qui ne disposent pas de campus dans leur pays d'origine.

Cette disposition vise tout particulièrement la CEU, un établissement anglophone créé en Hongrie peu après la chute du communisme pour promouvoir "la bonne gouvernance, le développement durable et la transformation sociale".

Parmi les 50 meilleurs établissements du monde en sciences politiques

Les menaces pesant sur l'établissement ont été à l'origine d'un vaste mouvement de mobilisation ces derniers jours. Plus de 900 universitaires du monde entier, dont 18 prix Nobel, ont signé une pétition exigeant le retrait de cette loi, une demande également relayée par Washington.

Dimanche, plusieurs milliers de personnes avaient protesté à Budapest en appui à l'établissement et un nouveau rassemblement était prévu mardi dans l'après-midi.

La CEU revendique un effectif de 1.800 inscrits en provenance de 100 pays. Elle figure parmi les 50 meilleurs établissements du monde en sciences politiques, selon le classement QS World University Rankings.

Né en Hongrie, George Soros est devenu l'une des bêtes noires du Premier ministre hongrois Viktor Orban, mais aussi de la Russie et de plusieurs dirigeants d'Europe centrale et des Balkans, qui lui reprochent de s'ingérer dans les affaires de ces pays via les organisations qu'il finance.

LIRE AUSSI: Les universités marocaines absentes du QS World University Rankings