A Casablanca, une vente aux enchères inédite de plusieurs manuscrits et livres anciens

Publication: Mis à jour:
Imprimer

VENTE AUX ENCHÈRES - Pour la première fois au Maroc, des livres et manuscrits anciens feront l'objet d'une vente aux enchères. L'événement, initié par la Compagnie marocaine des oeuvres et objets d'art (CMOOA), est prévu samedi 1er avril à Casablanca, à partir de 16H00.

"C'est la première fois qu'une vente aux enchères de ce genre est organisée dans notre pays", souligne Hicham Daoudi, fondateur et président de la CMOAA, contacté par le HuffPost Maroc.

Il s'agit d'une collection inédite qui comprend au total 207 livres et manuscrits anciens qui datent de différentes périodes. Parmi eux, il y a un coran marocain du 16e siècle dont la valeur est estimée entre 200.000 et 250.000 dirhams, apprend-t-on dans le catalogue de la vente aux enchères.

coran

Le Coran Maghrebi est un "manuscrit sur un papier oriental in-folio (26 x 22 cm)". Le livre de 313 pages est écrit à l'encre noire en "maghribi andalou à courbures ouvertes de 23 lignes par page (...). Le type de calligraphie, l’ancienneté du papier, le type de vignettes en marge comparé à d’autres corans datés de cette époque, nous laisse penser que ce coran est probablement du XVIe siècle", explique-t-on dans le document.

coran

Le coran en question appartient à une famille marocaine. "Il provient d'une collection casablancaise plus exactement, qui fait partie d'un héritage familial", nous explique Najat Houzir, responsable relation déposants et fonds documentaire à la CMOAA.

"C'est un livre qui a été transmis de père en fils, de génération en génération", ajoute Hicham Daoudi, qui tient à préciser que d'autres corans encore "plus rares et plus anciens sont vendus aujourd'hui dans des marchés spécialisés à l'étranger".

Outre celui-ci, la collection comprend d'autres exemplaires de corans tout aussi précieux, comme le Grand Coran Ottoman (1881), estimé entre 140.000 et 160.000 dirhams ou encore le Grand Coran Qâjâr daté de 1251 de l'année hégire et qui sera vendu à pas moins de 100.000 dirhams.

cap

Parmi les livres répéertoriés dans le catalogue, se trouve également un manuscrit du penseur et explorateur Hassan Al Wazzan dit Léon l'Africain, Reconnaissance au Maroc de Charles de Foucauld (1888 ) et Mémoire d'Abdelkarim El Khattabi.

l2on

abdel

Selon le patron de la CMOOA, il a fallu un an et demi de travail pour concrétiser ce projet. "Nous avions cette idée en tête depuis longtemps. Nous l'avions étudiée souvent, mais il nous fallait trouver la matière pour la mettre en place", confie Hicham Daoudi.

"Quand nous avons entamé le travail sur ce projet, nous n'avions aucune visibilité. Aujourd'hui, nous ne savons pas encore comment cela va se passer, mais nous sommes optimistes", poursuit-il.

L'idée de la CMOOA et d'installer à terme un "vrai marché des biens culturels" et de démocratiser ce champs pour l'ouvrir au grand public.

LIRE AUSSI: