Accueil spécial des étudiants de l'IEP Rennes à l'ambassadrice d'Israël en France

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Au moment où les Palestiniens fêtaient quasi à huis-clos la journée de la Terre qui coïncident avec le 30 mars de chaque année, les étudiants de Sciences Po à Rennes dans le Nord-Ouest de la France ont tenu à souligner leur opposition à l'occupation palestinienne et à la politique coloniale menée par l'Etat hébreu.

À l’extérieur de l'institut, une vingtaine de manifestants se sont postés devant l’entrée de l’établissement avec des drapeaux palestiniens et des pancartes dénonçant la politique israélienne dans les territoires occupés. Les protestations ont ensuite continué à l’intérieur de l’amphithéâtre, où Aliza Bin-Noun devait prendre la parole.

les étudiants quittent la conf

L’ambassadrice devait rencontrer les étudiants avant de se prêter à un exercice de questions-réponses. A peine installée, l’ambassadrice a été surprise par une assistance qui revendiquait en cœur la "liberté pour la Palestine" et qui scandaient très fort "une seule solution: arrêtez" l'occupation".

Les étudiants ont ainsi bruyamment fait part de leur opposition à la venue de la diplomate israélienne déclenchant notamment l'alarme incendie avant de ne la laisser seule avec quelques étudiants qui ont choisi de rester dans la salle de conférence.

Bin Noun, stoïque, a fini par démarrer son laïus, mais dans une salle quasiment vide, a constaté le reporter du quotidien breton Ouest France.

"On manifeste contre la venue de l’ambassadrice d’Israël", a expliqué un des étudiants membre de l’association France Palestine solidarité à la presse locale.

En dehors de la différence considérable de moyens financiers et militaires entre les deux parties en conflit, des étudiants ont évoqué le lobbying utilisé par l'Etat juif pour imposer son fait accompli. Les étudiants ont également relevé aux qu'Aliza Bin-Noun, proche du ministre israélien de la Défense, Avigdor Liberman, a "fait pression sur les villes pour interdire la Semaine contre l’apartheid israélien (SAI)".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.