Fred Wesley ouvre la 12ème Édition de Jazz à Carthage au son du groove

Publication: Mis à jour:
JAZZ  CARTHAGE
Myriam Hemrit
Imprimer

À quelques heures du début du festival à la programmation prometteuse, c’est dans l’avenue Habib Bourguiba qu’un tromboniste ouvre le bal.

Fred Wesley, né en 1943, pratique le trombone depuis ses 17 ans. Fidèle compagnon de route de James Brown, il a été crédité avec « Doing it to death » par Fred Wesley and the JB’s qui a été vendu à plus d’un million d’exemplaires.

Au fil des années, Wesley a transmis son savoir en donnant des cours dans les universités les plus prestigieuses en matière d’art, telles que l’University of North Carolina. En 2015, il devient la vedette de l’Alabama Hall of Fame qui vise à promouvoir, encourager, éduquer et cultiver une appréciation générale du milieu de la musique de jazz.

Hier après-midi, il a enflammé le public avec un concert de rue hors du commun. A 74 ans, il s'entoure du prodige italien Leonardo Corradi à l'orgue, seulement âgé de 24 ans et du batteur Tony Match dans le cadre du projet GENERATIONS pour un cocktail 100% Soul, Funk and Jazz.

Fred Wesley a interprété ses propres compositions telles que « Old Man » sur lequel il chante, rappe et reprend certains classiques comme « House Party » de Jimmy Smith.

Aujourd’hui, la Grande Bretagne est à l’honneur et l’hôtel Carthage Thalasso va vibrer au son alternatif influencé par la soul et le reggae bien propre à Liam Bailey et au performeur à l’énergie étourdissante, comparé maintes fois à Marvin Gaye, Myles Sanko.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.