Retour sur la polémique de l'enseignement de la langue turque aux lycées

Publication: Mis à jour:
ARABE LANGUAGE
Brittany Greeson / Reuters
Imprimer

Le 6 mars courant, le ministère de l'Education a publié un décret portant sur les nouvelles mesures concernant les matières optionnelles des troisième et quatrième année de l'enseignement secondaire, rapporte Jawhara Fm.

En effet, la mention de la langue turque parmi les matières optionnelles n'est pas passée inaperçue. Cette dernière a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux durant ces derniers jours. Or d'après le directeur du cycle préparatoire et secondaire au ministère de l'Education, Mondher Dhouib, l'introduction du turc en tant qu'option n'est pas récente. Elle date de l'année scolaire 2012-2013, et ce suite à un accord entre la Tunisie et la Turquie signé au mois de juin 2013, a précisé Dhouib sur les ondes de Mosaïque Fm.

L'information a été, par ailleurs, démentie par le ministère de l'Education Néji Jalloul qui a indiqué à El Akhbaria Ettounsia que cette mesure a été prise à l'époque de l'ancien ministre de l'Education Abdelatif Abid. Il a indiqué que rien de nouveau n'a été apporté à ce sujet en ajoutant que le turc n'est enseigné que dans trois gouvernorats.

Seulement 188 élèves ont choisi l'option "Turc"
Comme l'allemand, l'espagnole ou le chinois, le turc est une option parmi les 13 matières optionnelles enseignés dans les lycées tunisiens.

D'après les données du ministère de l'Education, seulement 188 élèves ont choisi d'apprendre le turc durant cette année scolaire. Un nombre très limité comparé aux autres matières optionnelles où 37754 élèves ont opté pour l'allemand, 29618 pour l'espagnole, 37021 pour l'italien et 6900 pour la musique.

Pour l'année scolaire 2013-2014, le nombre estimé d'élèves qui ont choisi le turc est de 140.

turc 2

Les enseignants turcs sont payés par la Turquie

La langue turque n'est enseignée que par 10 professeurs. Un point qui reflète encore plus le poids relativement faible de cette matière optionnelle dans les lycées secondaires. A titre comparatif, l'allemand est enseigné par 494 professeurs, l'espagnole 384, l'italien 567 et la musique 106.

Les enseignants de nationalité turque, travaillent en Tunisie, reçoivent leurs salaires de l'Etat turc.

14 commissariats régionaux enseignent le turc

En Tunisie, 14 commissariats régionaux sont concernés par l'enseignement du turc en tant que matière optionnelle dans les lycées. Il s'agit de Tunis 1, Tunis 2, Ariana, Manouba, Ben Arous, Nabeul, Bizerte, Monastir, Mehdia, Gabès, Sidi Bouzid, Sfax 1, Sfax 2 et Médenine.

turc

Les relations tuniso-turques en bref

Certains chiffres économiques révèlent le déséquilibre commercial entre les deux pays qui se traduit notamment par des quotas d’importation trop favorables à Ankara, annonce le Monde. D'après l’INS, le déficit commercial avec la Turquie est de (-277.7 MD).

LIRE AUSSI: Le "made in Turquie" est-il en train d'accentuer le déficit commercial tunisien?

Ce déficit inquiète certains économistes qui estiment que l'accord de libre-échange, signé en 2004, favorise largement l’accès des produits turcs au marché tunisien. Or ces importations ont, en Tunisie, un effet dévastateur sur l’agriculture, et sur l’économie en général, d'après ce qu'ils dénoncent.
ins

Des appels ont été récemment lancés sur les réseaux sociaux pour boycotter les produits turcs qui envahissent le marché tunisien. Une question délicate qui prend des dimensions politiques mais qui impose, pour ceux qui la relèvent, la prise de mesures à même de réviser les quotas d’importations en provenance de la Turquie et la préservation de l’intérêt des entreprises tunisiennes et des industriels frappés de plein fouet par le "made in china" et "le made in Turkey".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.