Accusé de harcèlement sexuel, l'ambassadeur du Maroc en Italie porte plainte pour diffamation

Publication: Mis à jour:
HASSAN ABOUYOUB
Accusé de harcèlement sexuel, l'ambassadeur du Maroc en Italie porte plainte pour diffamation | YouTube
Imprimer

JUSTICE - L'ambassadeur du Maroc en Italie, Hassan Abouyoub, a porté plainte pour diffamation contre un journaliste marocain. Ce dernier l'accusait de harcèlement sexuel et violences contre une employée de l'ambassade à Rome.

Selon l'agence de presse italienne Il Velino, qui cite l'ambassade marocaine, Driss Farhane, propriétaire et gestionnaire du site web Choroknews24, sera poursuivi pour "diffamation aggravée" et devrait verser des dommages et intérêts au diplomate.

Le procureur chargé de l'enquête a considéré comme "fondée légitimement" la plainte de l'ambassadeur, et a demandé la tenue du procès devant le tribunal de Brescia (nord de l'Italie) afin de poursuivre le journaliste en justice.

Pour l'ambassade du Maroc en Italie, "cette étape de la procédure judiciaire italienne rétablit la vérité contre les fausses informations diffusées par le site Choroknews24", indique l'agence de presse italienne.

Selon ce site et d'autres sources médiatiques, notamment le site algérien Algérie Patriotique, qui avait repris l'information, le représentant diplomatique aurait agressé sexuellement et violenté à plusieurs reprises une employée, qui serait tombée enceinte.

Une information catégoriquement démentie par l'ambassadeur dans les colonnes du 360.ma. "Cette affaire remonte à 2014, quand une plainte contre cette domestique avait été déposée par mon épouse et moi pour vol de biens. Cette dame, qui est une professionnelle, avait été prise en flagrant délit", expliquait-il début mars. "Il n'y a eu ni violences ni aucun autre abus. C'est de la pure diffamation".

Selon l'ambassade, l'enquête de la justice italienne "a également établi que ces informations étaient diffamatoires et délibérément propagées contre la communauté marocaine en Italie, dans le but de nuire à la personne de l'ambassadeur du Maroc en Italie, ainsi qu'à de nombreuses autres personnes".

L'ambassadeur, qui s'est constitué partie civile contre Driss Farhane, a déclaré qu'il ferait don de l'intégralité des indemnisations à des institutions de bienfaisance en Italie. Selon la loi italienne, le mis en cause risque un à six ans de prison.

LIRE AUSSI: Au Maroc, les viols représentent 6% de l'ensemble des cas de violences faites aux femmes