Guergarate: Le Polisario prêt à coopérer avec les Nations Unies

Publication: Mis à jour:
1POSTFRONTIEREGUERGUERATMAPIO900X675
DR
Imprimer

SAHARA - Changement de cap pour le Polisario. L’état-major des séparatistes veut désormais coopérer avec les Nations Unies pour relancer le processus de paix au Sahara. Sauf changement de dernière minute, la République arabe sahraouie démocratique (RASD) se dit, par la voix de son représentant auprès de l’ONU, prête à surmonter les tensions créées dans la zone de Guergarate. L’information a été relayée par l’APS, l'agence de presse algérienne.

Visiblement, ce revirement de position est surtout motivé par la volonté du Polisario et ses sponsors, qui multiplient les provocations à Guergarate, de temporiser les ardeurs au sein de l’ONU. Les séparatistes veulent en fait jouer leur dernière carte avant la publication du premier rapport d'Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations Unies, prévue le 7 avril.

Le document devrait mettre à nu leurs manœuvres dans la zone tampon. Les éléments du Polisario mènent ainsi la vie dure aux chauffeurs de camions de marchandises. Ils s’assurent notamment que les camions ne présentent aucun signe lié au Maroc, comme le drapeau. Les actes de l’entité séparatiste se sont poursuivies en dépit de l’alerte lancée par le secrétaire général de l’ONU. Dans un entretien téléphonique avec le roi Mohammed VI, le 24 février dernier, Antonio Guterres avait insisté pour que les activités commerciales ne soient pas bloquées dans cette région. Le Maroc avait annoncé dès le lendemain son "retrait unilatéral de la zone".

De son côté, le Polisario avait jusqu'alors fait la sourde oreille aux critiques d'organisations internationales comme l'Union européenne, qui avait dénoncé le détournement des aides humanitaires par les séparatistes. Récemment, le think tank colombien spécialisé en analyse politique (CPLATAM) a également soulevé les violations graves des droits de l’homme perpétrées contre les personnes séquestrées dans les camps de Tindouf, à travers le témoignage accablant de l’une des nombreuses victimes des dirigeants du Polisario.

LIRE AUSSI: