Le CESE au chevet de la ville de demain

Publication: Mis à jour:
ZENATA
DR
Imprimer

DÉVELOPPEMENT DURABLE - L’engouement pour les villes durables n’est plus à démontrer. La concurrence se fait d’ailleurs rude entre les villes qui souhaitent abriter des éco-cités. Mais en l’absence d’une vision commune, les projets lancés dans ce sens peuvent être voués à l’échec. Même les contours de ces villes de demain restent flous. Faut-il développer des cités où le respect de l’environnement occupe le podium des priorités? Ou, au contraire, promouvoir des villes où la technologie prime? Le Conseil économique, social et environnemental (CESE), pourrait apporter des réponses à ces interrogations.

Le Conseil de Nizar Baraka s’est ainsi auto-saisi pour définir une vision systémique multi-sectorielle. L’étude a été confiée à la commission chargée de l’environnement et du développement durable. Objectif : "identifier les facteurs nécessaires pour inscrire nos villes dans la durabilité, ainsi que dans une trajectoire irréversible de réduction des inégalités, de préservation et d’amélioration de l’environnement de la biodiversité, de résilience économique et climatique, d’utilisation responsable des ressources, de cohésion sociale, et de bien-être", a précisé Nizar Baraka, président du Conseil, lors d’un colloque organisé mardi 28 mars.

Responsabilités

L'équipe du CESE compte faire le renvoi à la reddition des comptes. En effet, son rapport proposera un tableau de bord d’objectifs et des indicateurs de mesure de performance de la ville durable de demain.

Les acteurs locaux sont appelés à s’inscrire dans cette dynamique. Abdessamad Sekkal, vice-président de l’Association marocaine des régions du Maroc, estime que les politiques publiques relatives au développement durable doivent être portées par les régions. L’idée est d’éviter d’entrer en concurrence avec les villes. Ce n’est qu’après avoir confié aux régions la mission de mettre en œuvre ces politiques, que les actions prévues pourront être réparties, en fonction de la taille et du niveau d’intervention de chaque villes.

LIRE AUSSI: