Elaboration d'un projet de loi pour lutter contre l'extrémisme et la dérive confessionnelle

Publication: Mis à jour:
MOSQUE ALGERIA
Mahfoud Kerrar mosque which receives more than ten thousand to pray tarawih During the month of Ramadan. Birtouta, a district in Algiers Province, Algeria on 23 June 2016. (Photo by Billal Bensalem/NurPhoto via Getty Images) | NurPhoto via Getty Images
Imprimer

Le ministre des Affaires religieuses et du Waqf, Mohamed Aissa, a annoncé lundi 28 mars à Alger, l'élaboration d'un projet de loi sur la lutte contre l'extrémisme et la dérive confessionnelle.

Mohamed Aissa a affirmé au Forum de la Radio algérienne, qu'un projet de loi sur "la lutte contre l'extrémisme et la protection des Algériens de la dérive confessionnelle" était en cours d'élaboration par son département ministériel.

Il a indiqué que la Constitution algérienne "garantit la liberté du culte et la pratique des rites religieux mais interdit dans le même temps, l'exploitation de la religion à d'autres fins", soulignant que la société algérienne avait sa "référence religieuse et ne veut en aucune manière, être impliquée dans les tiraillements doctrinaux".

Il a également précisé qu'un observatoire national de la référence religieuse sera créé et sera considéré comme un centre de recherche animé par une élite composée d'intellectuels et d'universitaires.

D'autre part, le ministre des Affaires religieuses a rappelé que le terrorisme "n'a ni foi ni loi. Il est l’œuvre d'une machination qui vise à ternir l'image de l'Islam par tous les moyens".

S'exprimant sur l'exploitation des mosquées lors de la campagne électorale des législatives du 4 mai prochain, Mohamed Aissa a fait remarquer avoir adressé des correspondances aux directions des affaires religieuses à travers les différentes wilayas du pays portant sur le respect de la loi et la nécessité de mettre les mosquées à l'abri de toute exploitation politique.

Il a relevé enfin, le rôle des maderssate (écoles coraniques) dans la préservation de l'identité nationale, estimant que ce dernier "complétai"t celui des établissements éducatifs.

En mai prochain, un "programme national complémentaire" sera ficelé avec le ministère de l'éducation nationale", a-t-il ajouté à cet effet.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.