La Foire du livre rend un vibrant hommage à Béchir Khraief, "un des pères symboliques du roman tunisien"

Publication: Mis à jour:
Imprimer

gfd

Né à Nefta en 1917 et décédé en 1983, le romancier tunisien Béchir Khraief aurait eu 100 ans cette année.

Connu pour avoir utilisé le dialecte tunisien dans les dialogues de ses romans, il y dresse souvent une description acerbe de la société.

Dans le cadre du centième anniversaire de sa naissance, la Foire Internationale du Livre Tunisien a décidé de lui rendre hommage.

Hommages à "un phénomène littéraire à part"

Pour l’universitaire et romancier Chokri Mabkhout, directeur de cette édition 2017 de la Foire du Livre, “Sidi Béchir” est une icône littéraire exceptionnelle dont l’oeuvre a marqué par sa singularité, le genre romanesque tunisien.

Selon Adel Khedher, universitaire et chercheur, Béchir Khraief fait partie avec Mahmoud Messaadi des pères symboliques du roman tunisien notamment pour son esthétique littéraire, sa langue et ses techniques d’écriture.

En parlant de lui, Mustapha Kilani évoque “un phénomène littéraire à part, un précurseur et un avant-gardiste qui n’a pourtant pas eu la reconnaissance littéraire qu’il méritait surtout qu’il a été de tout temps un bon lecteur de l’histoire de son époque. A cela s’ajoute un style de narration unique dans le monde arabe qui n’a jusque là été exploré qu’en minime partie”, estime Kilani.

A l’inverse de la littérature de Messaadi, entre texte et poésie, le style d’écriture romanesque chez Khraief n’a rien à envier à celui de Balzac, Dostoïevski ou Mahfoudh. Ce constat fait par Hassan Ben Othman, journaliste et écrivain, renvoie à un texte littéraire de Khraief “audacieux de par la langue et le style narratif”. Une littérature “singulière qui adopte le dialecte tunisien pour le discours entre les personnages et l’arabe littéraire dans la narration”.

Abdelkarim Dabbous regrette “l’adaptation cinématographique et la traduction de certains de ses romans, qui ont été mal repris”, selon ses dires. Dans le film adapté de “Barg Ellil” ou bien la traduction pour le français d' “Eddegla fi arajinha”, “ce fut un massacre”, a déploré Dabbous annonçant, dans ce sens, qu’il travaille actuellement sur une nouvelle traduction et un projet de film à propos de cette seconde oeuvre.

wasa

Fawzi Zmerli revient quant à lui sur les débuts de Béchir Khraief, sa relation profonde avec son frère le poète Mustapha Khraief et ses rapports avec le groupe ” Jamaet Taht Essour”.

Grand défenseur de l'identité tunisienne

Entre sa vie dans le sud tunisien à Nefta et sa vie “tunisoise”, il avait enfin choisi de s’installer dans la maison familiale au coeur de la médina. Il en faisait un coin de contemplation, de lecture et de rencontres avec l’élite littéraire et artistique de l’époque. Son empreinte dans la vie culturelle a été visible à travers la création de deux cafés culturels où se tenaient les rencontres littéraires.

Grand défenseur de l’identité tunisienne dans sa dimension historique, linguistique (dialecte) et littéraire, Khraief a également soutenu la cause de la femme dans sa quête d’affirmation de soi.

L’essence de la pensée et les convictions de cet homme de Lettres se manifestent clairement dans son oeuvre en particulier “degla fi arajinha”. Selon Zmerli, dans son roman “Machmoum el fell”, il affichait clairement son refus de l’histoire de la Tunisie telle qu’écrite à l’issue de l’indépendance où il voyait le rôle de l’école Ezzaytouna écarté.

La célébration du centenaire de la naissance de Khraief mérite, selon certains écrivains et défenseurs de l’oeuvre du romancier, toute l’importance que mérite cette grande figure de la littérature tunisienne.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.