The Economist classe Casablanca 107e ville la plus chère au monde

Publication: Mis à jour:
CASABLANCA
RilindH via Getty Images
Imprimer

CLASSEMENT - Le journal britannique The Economist a publié son classement annuel des villes où le coût de la vie est le plus élevé. Le Maroc est présent cette année dans cette liste, Casablanca étant classé 107e, sur 133 villes.

La capitale économique marocaine est la quatrième ville la plus chère d'Afrique, derrière Nairobi, au Nigéria, Le Caire en Égypte et Abidjan en Côte d'Ivoire. Concernant la région MENA, c'est Tel Aviv qui occupe le haut du classement (11e place).

Parmi les autres pays du Maghreb, on retrouve seulement Alger, qui de son côté se place en 127 position.

L'Asie en force

Les villes asiatiques occupent 5 places dans le top 10 cette année, tandis que les villes européennes reculent. Ainsi, Londres est, selon le journal britannique, à sa plus basse position depuis 20 ans, une chute qui s'explique par la baisse post-Brexit de la livre sterling.

En tête de classement, on retrouve Singapour (République de Singapour), Hong Kong (Chine) et Zurich (Suisse). Les trois villes les moins chères sont de leur côté Bangalore (Inde), Lagos (Nigéria) et Almaty (Kazakhstan).

Pour réaliser ce classement, le journal économique a comparé le prix de 160 biens et services dans 133 villes à travers le monde, par le biais de sa compagnie sœur, The Economist Intelligence Unit. Un classement réalisé pour aider les ressources humaines à calculer les fonds de compensation pour leurs employés basés à l'étranger.

casablanca

Malgré cette 107e place, le coût de la vie, selon The Economist dans la capitale économique marocaine ne cesse de baisser depuis dix ans. En effet, selon cette étude, qui place la ville de New York comme référence médiane, Casablanca était environ 20% moins chère que la Grande Pomme il y a 10 ans, tandis qu'elle est cette année "seulement" 40% moins chère. Une place qui pourrait s'expliquer par la baisse du coût de la vie à New York comparativement aux mégalopoles asiatiques.

LIRE AUSSI: Que valent nos statistiques nationales ? Entretien avec l'économiste Larabi Jaidi