Invader à Rabat: "Je vois mes invasions comme un cadeau plutôt qu'une dégradation"

Publication: Mis à jour:
SLIDE_518106_7295498_COMPRESSED
Invader: "Pour chaque nouvelle invasion il y a en moyenne 1 pièce sur 10 qui disparait assez rapidement" | Invader
Imprimer

STREET-ART - En quelques jours, ses créations ont envahi les rues de Rabat. "J'ai pris Invader pour pseudonyme et j'apparais toujours masqué", explique sur son site internet l'artiste, qui se définit comme un AVNI "Artiste Vivant Non Identifié".

C'est en effet dans la plus grande discrétion que ce dernier a installé 20 mosaïques sur les murs de la capitale. Des mosaïques qui représentent ses personnages fétiches, les "space invaders", inspirés du jeu d'arcade culte des années 80.

Le Maroc devient ainsi le premier pays du Maghreb bénéficiant d'œuvres signées Invader, après avoir envahi de nombreuses rues en Europe de l'Ouest, aux États-Unis ou encore en Chine.

Invader a répondu aux questions du HuffPost Maroc, sur les raisons qui l'ont poussé à choisir le Maroc pour cette première invasion au Maghreb, sur sa préparation et sur le fait que certaines de ses œuvres à Rabat ont déjà été retirées.

HuffPost Maroc: Pourquoi avoir choisi Rabat pour votre nouvelle "invasion"?

Invader: Comme je n’avais encore jamais œuvré au Maghreb, cela me travaillait d’y aller un jour car c’est une partie importante du monde et mon travail se joue à l’échelle planétaire. Un de mes amis a visité Rabat l’an passé, et je lui ai demandé de faire du repérage pour moi en prenant des photos et en mesurant des "spots" potentiels. Cela m’a bien aidé et j’ai ainsi pu préparer une dizaine de mosaïques sur-mesure depuis mon atelier parisien. J’en ai aussi amené une dizaine de plus, pour lesquelles j’ai dû trouver des spots sur place.

Combien de temps a nécessité la préparation?

Cela fait presque un an que j’avais cette destination en tête, je l'ai donc préparée tranquillement.

Est-il vrai que certaines de vos créations ont déjà été retirées ou repeintes?

Oui, c’est ce que j’appelle la loi des 10%! Pour chaque nouvelle invasion, il y a en moyenne 1 pièce sur 10 qui disparaît assez rapidement, bien souvent à cause d’un propriétaire mécontent. C’est dommage car mes invasions sont avant tout artistiques, je les vois plutôt comme un cadeau que comme une dégradation. En tous cas à Rabat, 2 ont rapidement été arrachées. Cela confirme la triste loi des 10%.

Comptez-vous revenir bientôt compléter la série?

Oui, j’adorerais revenir un jour pour une seconde vague d’invasion car j’ai beaucoup aimé cette expérience. Les villes marocaines, et Rabat en particulier, ont beaucoup de charme. Leur paysage est très différent de ceux des grandes villes occidentales et c’est cette diversité qui me plaît.

Connaissez-vous déjà le lieu de votre prochaine invasion? Une autre ville marocaine pourrait-elle vous intéresser?

Désolé, ceci est top secret. Je ne parle jamais de mes prochaines invasions avant qu’elles n’aient eu lieu.

Close
Les "envahisseurs" à Rabat
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

LIRE AUSSI: "Invader" envahit Rabat (PHOTOS)