Gouvernement El Othmani: Les femmes plus nombreuses que sous Benkirane?

Publication: Mis à jour:
FEMMES GOURVENEMENT
DR
Imprimer

ESPOIR - Dès l’annonce de la composition de la nouvelle majorité, samedi dernier, tous les regards se sont braqués sur la commission chargée de fixer la liste des ministrables. En attendant la décision de cette cellule, prévue dans les prochains jours, des internautes se sont amusés à faire leurs pronostics. Ainsi, plusieurs listes ont été partagées sur les réseaux sociaux. Premier constat qui s’en dégage: part belle est faite aux femmes.

(L'article continue sous les photos)

liste gouvernement

liste gouvernement 2

À côté des anciens briscards, on retrouve une frange non négligeable de femmes. L’une des listes comprend une dizaine de femmes ministrables, dont certaines ont déjà chapeauté des départements ministériels sous le gouvernement Benkirane. Parmi les nouvelles ministres pressenties, l’actuelle présidente de la CGEM, Miriem Bensalah Chaqroun. La patronne des patrons pourrait succéder à Moulay Hafid El Alamy, lui-même ancien patron de la CGEM, pour diriger le secteur du commerce et de l’industrie. Son nom avait déjà été évoqué avant même la décision royale d’écarter Abdelilah Benkirane. Technocrate, Miriem Bensalah Chakroun figurait sur la liste des potentiels successeurs de Benkirane au poste de chef de gouvernement.

Zineb El Adaoui, future ministre de l’Habitat et de l’urbanisme? Le nom de l’actuel wali de la région Souss-Massa revient sur plusieurs listes. Ayant occupé des fonctions longtemps réservées aux hommes, elle est la première femme à accéder à la fonction de magistrat à la Cour des comptes en 1984.

En plus de Miriem Bensalah Chakroun et de Zineb El Adaoui, d’autres figures à l'instar de Hasnaa Abou Zaid, la pharmacienne et ex-député de l’USFP et de Fatiha Choubani – sœur de l’ex-ministre chargé des relations avec le Parlement et de la société civile, figurent parmi les ministres potentiels.

Portefeuilles sociaux

En confiant plus de portefeuilles aux femmes, la nouvelle majorité pourrait s’attirer la faveur du mouvement associatif, particulièrement les ONG qui militent pour l’égalité des sexes. Elle aura en tout cas réussi là où Abdelilah Benkirane a échoué, dans la mesure où le nombre de femmes ministres ne dépassait pas 6 sous son gouvernement. Saad Eddine el Othmani et son équipe restent toutefois très attendus au tournant. Les différentes listes qui circulent sur les réseaux sociaux cantonnent les femmes pressenties à des portefeuilles sociaux, à l’exception de Miriem Bensalah Chaqroun et de Amina Benkhadra, qui pourrait se voir confier le département de l’Énergie et des mines.

LIRE AUSSI: