Rencontre avec Hendrik Beikirch, l'artiste qui signe le portrait grand format de la Fondation CDG

Publication: Mis à jour:
STREET ART
Instagram/Itsselman
Imprimer

STREET ART - À l'heure où Rabat célèbre la culture africaine, le street artiste allemand Hendrik Beikirch s'est approprié la façade vierge de la Fondation CDG, Place Pietri.

Il a passé près d'une semaine perché sur sa nacelle, dès 8h le matin, à peindre le portrait d'une vieille agricultrice prénommée Najma, rencontrée il y a quelque temps dans la Vallée de l'Ourika.

L'artiste graffeur n'en est pas à son premier coup d'essai. Dans le cadre d'un projet appelé "Tracing Morocco", organisé par la Fondation Montresso, Beikirch a peint une dizaine de portraits grands formats, au Maroc comme à l'étranger. Des oeuvres qui rendent hommage au peuple marocain à travers des portraits d'anonymes croisés au cours de ses nombreuses escapades au Maroc. "Je pense que l'inspiration se manifeste dans la vie de tous les jours." déclare-t-il à notre micro.

Nous l'avons rencontré, entre deux coups de bombe en noir et blanc, pour évoquer sa vision de l'art et son affection particulière pour les Marocains.

LIRE AUSSI: