Mineurs marocains clandestins: le consul du Maroc à Paris prêt à apporter son aide

Publication: Mis à jour:
MINEURS MAROCAINS CLANDESTINS PARIS
Mineurs marocains clandestins: le consul du Maroc à Paris prêt à apporter son aide | Le Parisien/Capture d'écran
Imprimer

MIGRANTS - Les autorités consulaires du Maroc à Paris ont exprimé samedi leur disposition à aider les autorités françaises à s'occuper des mineurs clandestins d'origine marocaines qui errent depuis quelques mois dans laes rue de la capitale française.

Dans un communiqué parvenu samedi soir à la MAP, l’ambassade du Royaume en France souligne que les autorités consulaires marocaines de Paris ont été sollicitées récemment pour aider la mairie de Paris à s'occuper de ces jeunes enfants, sans papiers, dont l'origine est supposée marocaine, qui vivent dans les rues des quartiers de la Goutte d'Or, La Chapelle et Barbès, dans le 18e arrondissement.

Une réunion s'est récemment tenue à la préfecture de Paris au cours de laquelle le consulat général du Maroc a exprimé sa disponibilité pour faciliter la médiation avec ces jeunes qui, pour certains, ne parlent qu'arabe et espagnol, et pour ceux qui seraient marocains, à faciliter la recherche des familles établies au Maroc pour recréer le lien social, précise la même source.

Les autorités consulaires se sont également déclarées disposées à contribuer à toute solution permettant de sortir ces jeunes de la rue et à les protéger des risques auxquels ils sont exposés, en liaison avec les associations de la société civile actives dans ce domaine, ajoute le communiqué.

Très jeunes - entre 9 et 16 ans selon les témoignages -, ces enfants seraient arrivés du Maroc il y a quelques mois en passant par l'Espagne.

Toute la journée, ils se shootent à la colle dans les rues de la capitale française, agressent parfois les passants et dorment dans des parcs ou des squats, livrés à eux-mêmes.

Selon Séverine Canale, responsable de communication de l'association Hors la Rue, qui s'occupe d'eux, "une dizaine d'entre eux sont toxicomanes", confiait-elle il y a quelques jours au HuffPost Maroc. Un centre d'hébergement de nuit a ouvert dans le quartier our les accueillir et une équipe d'éducateurs spécialisée a été mandatée pour leur venir en aide.

LIRE AUSSI: À Paris, près de Barbès, des mineurs marocains drogués à la colle inquiètent le voisinage