"Le mari qui frappe son épouse est rejla", un éloge féminin de la violence faite aux femmes qui choque

Publication: Mis à jour:
Imprimer

On sait désormais à qui s'est adressé le ministère de la Santé pour réaliser son étude sur les violences faites aux femmes, selon laquelle près de "60% des femmes algériennes estiment que le mari a le droit de frapper son épouse". Une citoyenne, interrogée par la chaîne de télévision Ennahar dans un "reportage" diffusé ce samedi 25 mars 2017 sur les violences conjugales, estime que le mari qui frappe son épouse est "rejla". Et cette violence devrait "faire plaisir" à "toute femme algérienne ... pure".

Ce passage fait le buzz sur les réseaux sociaux. Et les internautes s'indignent sur Facebook et Twitter des déclarations de cette femme. D'autres téléspectateurs dénoncent plutôt la thématique abordée par cette chaîne, accusée de "chercher à normaliser les violences faites aux femmes" auprès de l'opinion publique.

Dans ce "reportage", filmé vraisemblablement ce week-end dans un centre commercial à Alger, des hommes et des femmes mariés ont été interrogées sur leurs opinions à propos des violences faîtes aux femmes. Le présentateur leur demandait carrément s'ils frappaient ou s'ils "ont eu" à frapper leurs épouses, se montrant même surpris par les réponses négatives.

Tandis que des pères de familles reconnaissaient, timidement, avoir déjà "eu" à lever la main sur leurs femmes ou tentaient de justifier un tel comportement, d'autres se montraient plutôt offusqués par la question, en se référant directement aux préceptes du prophète Mohammed. "Impossible ...", affirmaient-ils.

Le présentateur de la dite-chaîne a également interrogé des femmes mariées et les opinions semblaient tout aussi divergentes. Certaines estimaient que le mari a bien le droit de frapper son épouse et que cette dernière "ne doit pas atteindre ce stade". D'autres ont qualifié cette violence de "lâcheté" et de "faiblesse".

Mais c'est bien un passage particulier qui fait le buzz sur la toile (Vidéo en tête de cet article). Interrogée à son tour, une femme a dit estimer que "la femme algérienne 'pure' devrait voir" dans cette violence "la virilité de son homme". Et de son opinion, cette "rejla", qui se traduit par de la violence, devrait "faire plaisir". Rien que ça ...

Des twittos se sont rapidement emparés de ce passage et dénoncé les propos de cette femme. Ils qualifiaient, ironiquement (ou pas) cette citoyenne de "sado-masochiste". Ils ont également dénoncé le reportage réalisé par Ennahar, qu'ils accusent de "chercher à normaliser" le phénomène.

Sur Facebook, les réactions sont plus violentes.

Mais la même femme a ensuite affirmé, paradoxalement, dans un autre passage du reportage, préférer après tout "les hommes raisonnables", estimant que la "violence est un signe de faiblesse".

LIRE AUSSI: Près de 60% des femmes algériennes estiment que le mari a le droit de frapper son épouse (RAPPORT)

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.