Le web, nouveau terrain de jeu de la satire médiatique au Maroc

Publication: Mis à jour:
MHM
LMHM TV
Imprimer

CULTURE – Longtemps, la caricature n'a fait que des apparitions épisodiques dans le paysage médiatique marocain. On se souvient bien sûr d'expériences de dessins de presse dans des publications telles que Akhbar Souk et Lamalif, dans les années 1970 et 1980. De nature très critique vis-à-vis des puissants, elle ne furent toutefois qu'éphémères et peu tolérées avant le nouveau règne. Les journalistes caricaturistes attendront même 2002 avant de pouvoir bénéficier de cartes de presse pour exercer leur métier, loin de la quasi-clandestinité dans laquelle ils vivaient.

Et si la liberté de ton est de plus en plus perceptible, les assauts satiriques concernant en premier lieu les hommes politiques, on est loin de l’émergence d’une presse essentiellement satirique. Plusieurs supports s’y sont essayés, mais rares sont ceux qui percent. La faute à des modèles économiques défaillants, des annonceurs peu enthousiastes et un public encore très peu sensible. Mais internet offre aujourd’hui une visibilité bien plus importante à ces impertinents prompts à rire de l'actualité. Tour d'horizon de ces acteurs qui aiment manier la parodie, le hoax et la caricature à l'ancienne.

Close
Les médias satiriques marocains
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Une formule qui cartonne à l'international:

Le "hoax", ou canular en français, devient incontournable sur le web. Plusieurs expériences réussies s'affirment, comme l'Américain The Onion, le Français Le Gorafi, et le Belge Nordpresse,, qui cumulent à eux seuls plus de 10 millions de fans. Ces sites parodiques prennent tant d'ampleur que des médias dits sérieux tombent parfois dans le piège en relayant de fausses informations. Certains médias algériens s'en sont mordu les doigts, après avoir relayé un article du Gorafi qui évoquait le (faux) projet de Marine Le Pen de dresser un mur entre l'Algérie et la France. Le pays connaît pourtant bien la pratique du hoax grâce au site algérien El Manchar , qui rassemble plus de 200.000 followers sur Facebook. D'autres "impertinents" dans le continent lui ont emboîté le pas, à l'instar du site satirique ivoirien Gbich.

LIRE AUSSI: