la virtualisation des fonctions réseaux, source d'agilité et de flexibilité

Publication: Mis à jour:
DR
DR
Imprimer

"Transporter un maximum de données avec plus de rapidité et moins d’équipements physiques", c’est le mot d’ordre des équipementiers télécoms pour les réseaux de demain.

La 4G, la 5G, dans quelques mois, l’Internet des objets, et la vidéo HD en streaming, soulignent un impératif technologique, qui est de redéfinir l’architecture des réseaux mobiles. Les objectifs ? Router de la "giga data", maîtriser les débits, virtualiser la capacité de stockage pour assurer davantage de flexibilité et "d’élasticité" dans les systèmes des télécommunications de demain.

La virtualisation des fonctions réseaux au sein des applications logicielles constitue un axe qui remettra en cause l’actuelle architecture réseau adoptée par la plupart des opérateurs des télécommunications mobiles dans le monde.

Grâce à l’architecture NFV (Network Functions Virtualization) - SDN (Software Defined Networking), les données générées des applications ne seront plus hébergées sur des serveurs physiques mais à l’intérieur des machines virtuelles intelligentes localisées dans un ou plusieurs datacenters, ce qui élimine tout ralentissement dû à un dépassement de capacité. Mieux, l’architecture réseau pilotée par logiciel et implémentée à l’intérieur d’un data center améliore la flexibilité et la sécurité du système, et, surtout, change complètement la tâche de l’administrateur réseau, qui ne sera plus obligé de gérer des centaines de serveurs physiques distants.

Les équipements de cette nouvelle architecture réseau, fournis par la majorité des constructeurs tels qu’Ericsson, offrent une infrastructure réseau virtualisée à plus de 75 %, une gestion centralisée et une meilleure sécurité.

La compagnie Suédoise dont le cœur de métier est l’équipement d’interconnexion comme le routeur, le commutateur, la passerelle et d’autres, s’est allié à l’américain Cisco pour tenter de convaincre les opérateurs mobiles, adeptes des architectures réseaux traditionnelles, de promouvoir des infrastructures réseaux basée sur le duo technologique NFV-SDN, et s’inscrire ainsi dans la logique du "tout virtualisé". Techniquement, la virtualisation des fonctions réseaux modifie partiellement le modèle des couches d’un réseau en éliminant les configurations des routeurs physiques sur chaque point d’accès. Désormais, avec la paire NFV-SDN, les terminaux des usagers finaux seront directement connectés à un datacenter via un routeur virtuels.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.