Voyage à Souk El Blat, paradis des herboristes et "pharmacie" traditionnelle de Tunis

Publication: Mis à jour:
SOUK EL BLAT
Myriam Hemrit
Imprimer

Assis sur son banc, fumant tranquillement sa pipe et portant son chapeau stylé, un commerçant observe, attentivement, les passagers qui sillonnent la rue principale de Souk El Blat. « Ici on trouvera le remède à tous les maux», a-t-il lancé avec sourire timide. « Même le cancer, et les maladies psychiatriques sont traitées, » a-t-il poursuivi.

Sa boutique, étouffée par des plantes médicinales, ressemble à une caverne d’Ali Baba. Des étagères soigneusement rangées, des bouteilles et des flacons entassés comblent l’espace. Un endroit magique où se mêlent les parfums de lavande, de thym et de romarin. On se croirait voyager dans le temps.

souk el blat

Absorbé par son monde, le commerçant herboriste n’hésite pas à montrer et à faire sentir le parfum de quelques plantes exposées.

Il s’appelle Taoufik Ben Yaâkoub. Sa boutique existe depuis une vingtaine d’années. « Nous vendons les plantes, les parfums et tout ce que demande notre clientèle», a-t-il noté. Influencé par un proche qui était lui même herboriste, Si Taoufik a voulu hériter ce métier et le faire passer aux nouvelles générations. « J’ai fait mes études en Egypte. C’est là où j’ai appris les secrets du métier», a-t-il précisé.

Si Taoufik a fait savoir que son commerce persiste malgré les progrès scientifiques. « Ce que je vends ici ne remplace pas les médicaments», a-t-il insisté. En effet, selon ses dires, plusieurs clients préfèrent éviter les médicaments industriels et consommer « ses potions magiques ». « D’autres viennent aussi pour des maladies incurables comme le cancer, la paralysie et les maladies psychologiques», a-t-il ajouté.

La boutique de Si Taoufik ne fait pas l’exception. Les petites boutiques qui se suivent tout au long de la rue sont plus spectaculaires les-unes que les autres. On s'y bouscule pour trouver un remède miracle.

souk el blat

Occupant une rue étroite au cœur de la médina, Souk el Blat est l’un des plus anciens souks de la ville de Tunis, a fait savoir Wild Tounes, amateur de la médina. Sa date de fondation n’est pas précise. Certains la datent de l’époque aghlabide, tandis que d’autres affirment qu’il a été fondé à l’époque de Khourassanides. « Mais ce qui est sûr c’est que ce souk existait à l’époque des hafsides», a noté Wild Tounes.

Concernant sa nomination, plusieurs interprétations ont été avancées. « Mais la plus évidente est celle de Charles Lallemand qui attribue son nom à une plante (blata) qui poussait autrefois aux alentours de cet endroit, » a-t-il ajouté.

Depuis sa création, ce souk est spécialisé dans la vente des plantes médicinales telles que le thym, le romarin et la verveine. On y trouve aussi des animaux comme le caméléon et la tortue pour se protéger du mauvais œil. Le souk est, toutefois, dénaturé par un nouveau commerce d'accessoires importés de Chine, une cohabitation improbable, mais bien vécue.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.