Lutte contre la corruption: un protocole d'accord entre le ministère des Finances et l'ONPLC

Publication: Mis à jour:
MONEY
DR
Imprimer

Un protocole d'accord dans le domaine de la prévention et de lutte contre la corruption a été signé jeudi à Alger entre le ministère des Finances et l'Organe national de prévention et de lutte contre la corruption (ONPLC).

Le document fixant les conditions de coopération entre les deux institutions a été signé par le secrétaire général du ministère des Finances, Miloud Boutaba, et son homologue de l'ONPLC, Mustapha Chabane, en présence du président de cette instance nationale, Mohamed Sebaïbi.

Ce protocole d'accord s'inscrit dans le cadre de la loi du 20 février 2006 relative à la prévention et la lutte contre la corruption qui charge l'organe de renforcer la coordination intersectorielle et d'assurer le suivi des activités et actions engagées sur le terrain.


LIRE AUSSI:
L'ancien patron de BRC, condamné pour "divulgation d'informations secret-défense", nommé nouveau PDG de Sonatrach

Il détermine les mesures et les mécanismes qui accompagnent les demandes réciproques formulées aussi bien par les structures du ministère des Finances que par l’organe national portant sur des actions de sensibilisation et de formation des agents publics, sur des actions relatives aux déclarations de patrimoine et aux conflits d'intérêts ainsi que sur la cartographie des risques.

La coopération porte aussi sur des actions coordonnées pour engager en commun la réflexion sur l'étude et l'adoption des thèmes en rapport avec la corruption et l'échange d'informations et d'expertise.

Dans son intervention, le président de l'ONPLC, Mohamed Sebaïbi, a indiqué que ce protocole d’accord de coopération vise à mettre en relief "les actions découlant de la convention des Nations Unies contre la corruption et de la loi du 26 août 2010 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption et les textes subséquents y afférents".

Ce cadre prévoit également la mise en place d'une cellule présidée par les secrétaires généraux du ministère des Finances et de l'ONPLC dont les missions sont le suivi, la mise en œuvre et l'évaluation des résultats et propose toutes les mesures de nature à en améliorer l'efficience, a-t-il ajouté.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.