Maroc-Jordanie: Priorité à la lutte contre le terrorisme

Publication: Mis à jour:
MAROC JORDANIE
Cérémonie d'accueil officiel du roi Abdallah II de Jordanie, le 22 mars à Rabat. | MAP
Imprimer

AMITIÉ - C'est au palais royal de Rabat que le roi Mohammed VI a reçu hier le roi Abdallah II de Jordanie. Le roi hachémite n’en n’est pas à sa première visite au Maroc. Il s’agit de son 5e déplacement à Rabat, à l’invitation du roi du Maroc. Un déplacement qui conforte la profondeur de la coopération entre le Maroc et la Jordanie. Retour sur les relations séculaires qui unissent les deux pays.

Flux commerciaux et opportunités d'investissements

Sur le plan économique, les relations bilatérales sont régies par l’accord d’Agadir et l’accord bilatéral de libre échange qui unit les deux pays depuis 1998. Cependant, les échanges commerciaux restent timides, malgré l’existence de plusieurs canaux de coopération entre les opérateurs des deux États, comme la commission mixte maroco-jordanienne. Le montant des flux ne dépasse pas 45 millions de dollars, avec toutefois une balance commerciale excédentaire en faveur du Maroc.

Dans le détail, les engrais naturels et chimiques arrivent en tête des importations marocaines en provenance de la Jordanie avec une part de 40% à fin 2014, suivis des produits chimiques avec 13% et des dattes avec 8%. De son côté, le Maroc exporte principalement des préparations et conserves de poissons et crustacés (40% des exportations), des fromages (21%) et de la ferraille et déchets (7 %).

La Jordanie a besoin d’un flux d'investissements directs étrangers (IDE) croissant pour pallier une capacité d’investissement public limitée et le déficit structurel de la balance courante. Les 15 accords conclus par la commission mixte maroco-jordanienne, en avril 2016, devraient booster les flux d'IDE. Ils couvrent plusieurs secteurs, dont le commerce et l’industrie. La Jordanie offre aussi un autre vaste champ d’opportunités aux opérateurs marocains, particulièrement dans le secteur de l'énergie. En effet, Amman importe 98% de son énergie.

Lutte commune contre le terrorisme

Rabat et Amman partagent la même vision sécuritaire. Le Maroc et la Jordanie sont tous deux engagés dans la guerre contre les chiites houthtis. Ils font partie, rappelons-le, de la coalition arabe conduite par l’Arabie Saoudite, qui mène une intervention militaire contre les milices houthis. Toujours sur le plan sécuritaire, les deux pays veulent faire front commun contre la montée du terrorisme. L’approche adoptée est la même : promouvoir l’islam modéré.

roi mohammed vi abdallah ii de jordanie

La participation du Maroc à la 28e session de la ligue arabe, qui se tient fin mars à Amman, devrait être au centre des débats. À en croire nos confrères du site Le360, le roi hachémite se serait déplacé à Rabat pour convaincre le souverain marocain de participer au prochain sommet. Rabat a reçu l’invitation officielle en janvier dernier mais n’a pas encore confirmé sa participation.

Un message du roi Mohammed VI, lu en son nom par le ministre des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, lors du 27e sommet de la Ligue arabe à Nouakchott, avait remis en cause l’utilité de telles rencontres arabes au vu des divisions des différents pays sur l’approche sécuritaire. Cette visite pourrait convaincre le Maroc d'unir ses forces à la Jordanie pour servir leur vision commune.

LIRE AUSSI: