Lalla Meryem inaugure le pavillon Maroc au Salon du livre de Paris

Publication: Mis à jour:
Imprimer

CULTURE - La princesse Lalla Meryem et le président français François Hollande ont inauguré, jeudi en fin d'après midi, le pavillon du Maroc au Salon du Livre de Paris qui met cette année à l'honneur la littérature marocaine.

Pour la première fois depuis sa création, le Salon, qui se tient du 24 au 27 mars, met en lumière la culture d’un pays d'Afrique et du monde arabe.

Lalla Meryem et le chef de l'Etat français ont visité le pavillon du Maroc dont la conception, sous le thème "Maroc à livre ouvert", a pour objectif de mettre en avant les enjeux liés à la littérature, à la culture et aux questions de société.

A l'occasion de cette édition 2017, de nombreux événements seront organisés au cœur du salon et hors les murs, outre des rencontres avec des auteurs marocains et de nouveaux talents émergents afin d’échanger sur la diversité et le dynamisme de la production littéraire du pays.

Mettre en valeur la diversité et la richesse de la culture marocaine

Le pavillon marocain s'étend sur une superficie de 450 m². Il abrite différentes activités qui mettent en valeur la diversité et la richesse de la culture marocaine.

A l'entrée du Salon, la princesse Lalla Meryem a été accueillie notamment par Pierre Dutilleul, directeur général du syndicat national de l’édition, Mohamed Amine Sbihi, ministre de la Culture, Rachid Benmokhtar Benabdellah, ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle, Chakib Benmoussa, ambassadeur du Maroc à Paris et Zohour Alaoui, ambassadrice, déléguée permanente du royaume auprès de l’UNESCO.

La veille, la princesse avait inauguré une nouvelle exposition à l'Institut du monde arabe, en présence de François Hollande et du président de l'institut Jack Lang. L'évènement intitulé "Splendeurs de l’écriture au Maroc, Manuscrits rares et inédits" expose des manuscrits rarissimes, pour la plupart jamais montrés ou sortis du Maroc, dont les plus anciens datent du IXe siècle.

LIRE AUSSI: