Après ses déclarations sur la Guerre d'Algérie: le gouverneur de Sharjah présente ses excuses

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Le gouverneur émirati de Sharjah s'est excusé pour ses déclarations. Mohammed al-Qasimi, cité ce jeudi 23 mars 2017 par l'agence de presse émiratie, a présenté ses excuses au peuple algérien, affirmant que ses propos au Salon du livre de Londres sur la Guerre d'Algérie ont été mal interprétés.

Mohammed al-Qasimi, membre du Conseil suprême des Émirats arabes unis, a déclaré dimanche 18 mars 2017 dans une interview accordée à plusieurs journalistes à Londres que le général français "De Gaulle a offert l'indépendance de l'Algérie à Gamel Abdel Nasser".

Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, il racontait ainsi que "De Gaulle s'interrogeait avec son ministre de la Culture comment pouvait-il gagner la sympathie du monde arabe. Ce dernier lui a répondu qu'il faut plaire à Djamal Abdel Nasser. Si vous arrivez à avoir sa confiance, vous aurez tout le monde arabe avec vous". Le général français a alors demandé comment pourrait-il avoir la sympathie du leader égyptien et son ministre réplique par: "en donnant l’indépendance à l’Algérie".

Les Algériens ont mal pris ses déclarations, réagissant vivement sur les réseaux sociaux et dans la presse. Après le ministre émirati des Affaires étrangères Anwar Mohammed Qarqash et le vice-Premier ministre des Emirats, Mansour bin Zayed, le gouverneur de Sharjah réagit à son tour pour revenir sur ses propos et présenter ses excuses.

Mohammed al-Qasimi, répétant les indications de son chef de la diplomatie sur le rôle de la révolution algérienne dans la lutte contre le colonialisme, a assuré ne pas ignorer l'Histoire de l'Algérie. Cité par l'agence de presse officielle, il a indiqué que "la révolution de l'Algérie est derrière la chute de la 4e république française et de la crise politique que subissait la France".

Il a expliqué que ses déclarations au salon du livre de Londres "visaient surtout à souligner la relation entre le général De Gaulle et son ministre de la Culture et comment ce dernier l'influençait". Elles ont ainsi été mal interprétées, rajoute-t-il.

"De Gaulle était l'un des hommes les plus féroces dans son comportement avec nos frères en Algérie, les moudjahidines et les résistants, mais quand il était président, son gouvernement a secrètement pris attache avec le FLN pour négocier", a déclaré al-Qasimi.

Ce gouverneur réitère ainsi que ses déclarations expliquait surtout "comment un homme de culture, tel le ministre dont était proche De Gaulle, peut influencer un homme féroce et changer sa nature".

"Si nos frères algériens considèrent ces déclarations comme insultantes, je me dois alors de m'excuser et leur exprimer mon respect", a-t-il conclu.

Les déclarations du gouverneur de Sharjah n'ont suscité aucune réaction officielle de la part des autorités algériennes. Un mutisme dénoncé par les internautes et les journalistes, dans la presse ou sur la toile.

A en croire plusieurs médias, Mansour bin Zayed, vice-Premier ministre des Emirats, a appelé mercredi le Premier ministre Abdelmalek Sellal pour "rectifier" cet incident.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.