Dans les collèges et lycées publics de Boston, les cartes du monde sont désormais plus fidèles à la réalité

Publication: Mis à jour:
Imprimer

ÉDUCATION - Changement radical de perspective pour les écoliers de Boston. Les établissements publics de la capitale de l'État du Massachusetts ont décidé d'utiliser un nouveau planisphère, bien plus fidèle à la réalité.

Les écoles de la ville ont en effet annoncé jeudi 16 mars qu'elles allaient troquer le modèle de carte de Gerardus Mercator pour celui de Gall-Peters. Pourquoi? Tout simplement parce que la projection de Mercator, un géographe flamand, datant de 1569 et inventée pour les navigateurs au XVIe siècle, déforme les distances et les espaces. Si elle s'est imposée dans les manuels, elle n'en reste pas moins infidèle à la réalité géographique.

La preuve:

Ici la projection Mercator

carte

Ici la projection Gall-Peters

carte

Vous voyez la différence? Dans la deuxième, l'Afrique et l'Amérique du Sud prennent bien plus d'espace. En revanche, le Groenland et l'Alaska sont à peine visibles en haut de la carte.

Contrairement à la projection Mercator, celle de Gall-Peters prend en compte la taille réelle des continents. Créée par l'historien allemand Arno Peters en 1973, elle a été adoptée par les Nations Unies.

"En incorporant la projection Gall-Peters -avec une représentation équitable des aires- dans les salles de classe, nous permettons aux étudiants de voir le monde avec une autre perspective", explique à nos confrères du Huffington Post Natacha Scott, responsable des cours d'histoire et de sciences sociales dans les écoles publiques de Boston. "Prendre le temps d'analyser différentes projections va faciliter les discussions autour des préjugés en classe, et permettre aux étudiants d'être plus conscients du monde qui les entoure (...) En explorant la géographie, nous espérons accroître leur conscience des relations entre eux et les autres pays, communautés, cultures et individus dans le monde", poursuit-elle.

Comme le souligne Le Monde, la projection Mercator est de loin la plus utilisée. Même l'outil Maps de Google est basée sur celle-ci. Si la projection Gall-Peters est plus réaliste, comme le précise Slate, elle n'est pas pour autant parfaite, notamment car elle "écrase certaines parties de la planète". Ajoutant que, pour avoir une vision la plus exacte du monde, rien ne vaut un globe, comme le démontre Vox dans cette vidéo (les sous-titres sont disponibles en français):

LIRE AUSSI: