Au cœur du milieu associatif de la médina de Tunis: Ben nous parle de "Collectif créatif"

Publication: Mis à jour:
F
Nao Maltese dans le cadre des résidences artistiqu
Imprimer

C’est dans le premier espace de coworking de la médina que nous rencontrons Benjamin Perrot, jeune français de 33 ans qui a grandi en région parisienne. Après des études d’architecture, il découvre Tunis, en 2015, dans le cadre du Forum social mondial qui réunit de nombreuses associations.

En arrivant ici j’ai rencontré des associations qui mettaient en place des projets dans la médina. C’est ainsi que j’ai monté un premier projet avec l’ASM (l’association de sauvegarde de la médina) en lien avec l’école de design ESSTED, autour du mobilier, consistant en une sorte de recherche dans la médina avec les étudiants.

nao

Avec un groupe de jeunes designers, Ben (comme on l’appelle dans la médina), crée en avril 2016,"Collectif créatif", une association ouverte à tous, qui regroupe plusieurs initiatives.

"Le collectif est assez mixte et regroupe des membres de différents horizons qui ne sont pas forcément des artistes". 

c

Parmi ces initiatives, le journal de la médina dont s’occupe Émilie, qui collecte des histoires sur l’actualité liée à la médina de manière thématique, proposant notamment des interviews de ses habitants. Nous croisons à son bureau Doolesha qui organise des visites de la médina, une initiative lancée par un collectif d'architectes. L’idée étant de proposer des visites alternatives, adaptées à chaque auditeur. On nous explique par exemple, que Wajdi, un de ses habitants passionné d’Histoire, offre à travers ses visites des détails historiques intéressants, un autre guide, Aymen est quant à lui plus axé sur l’aspect architectural.

LIRE AUSSI: Le fabuleux destin d'Emily Sarsam, de l'Autriche à la Médina

Collectif créatif a organisé plusieurs projets dont l’événement INTERFERENCE qui invite des artistes à investir l’espace public la nuit, avec des installations lumières réalisées par des artistes internationaux et tunisiens.

Ben nous parle aussi de son dernier projet El Warcha, lancé dans le cadre de résidences artistiques de l’association Art Rue et qui est aujourd’hui développé au sein du collectif créatif.

"L’association Art Rue a fait appel à des artistes pour développer des projets. Dans ce cadre j’ai proposé un atelier de design collaboratif plutôt dédié aux jeunes et aux enfants, dans le quartier de la Hafsia", explique Ben.

Et de poursuivre que "l’idée est d’avoir un lieu ouvert au public où nous construisons du mobilier de manière collaborative. Nous ne sommes ni des menuisiers, ni des charpentiers, le but est de trouver des moyens d’assemblage accessibles, simples, qui ne demandent pas un grand savoir-faire technique. Après c’est une sorte de jeu de construction à mis chemin entre le design et la sculpture, en testant des choses, on arrive à trouver des structures, des formes".

d

Ben explique, qu'à travers El warcha, ont été réalisés des installations, du mobilier(des chaises, tables, etc.)… "Pour cela nous utilisons les matériaux les moins chers et réfléchissons à créer avec un minimum de moyen", indique-t-il.

L’atelier ouvert en octobre dernier, est actuellement fermé. L’association est à la recherche de financements afin de le rouvrir. L’idée est d’entretenir l’activité de ce lieu de rencontre et d’échange, centré sur la construction.

"Nous travaillons sur l’espace public, sur les questions liées à la citoyenneté, qui sont aujourd’hui très importantes surtout en Tunisie. Il s’agit d’encourager des projets créatifs ancrés sur le terrain". 

g

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.